VIDÉO - 55% de grévistes dans les écoles jeudi, Jean-Michel Blanquer tente de rassurer sur la réforme

Le ministre de l'Education nationale est revenu ce mercredi sur le mouvement de grève prévu demain contre la réforme des retraites. Une grève qui s'annonce largement suivie par les professeurs.
Social

Toute L'info sur

Les grèves de décembre 2019 contre la réforme des retraites

JEUDI NOIR - Alors que la mobilisation du 5 décembre contre la future réforme des retraites s'annonce très suivie, l'Éducation nationale va également se mobiliser. Selon Jean-Michel Blanquer, seules "30% des écoles" environ pourront assurer un service minimal d'accueil.

Le mouvement de grève s'annonce très suivi chez les enseignants. A la veille de la mobilisation du 5 décembre, le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer a annoncé sur LCI qu'un taux de grévistes de 55% était attendu jeudi en France dans les écoles, et même de 78% à Paris. Le ministre estime qu'environ "30% des écoles" pourront assurer un service minimal d'accueil. 

Jean-Michel Blanquer a tenu à réaffirmer que les simulateurs de pensions mis en ligne par les syndicats ces derniers jours étaient mensongers. "C’est totalement faux. Ces simulateurs n’ont aucun fondement, ils simulent des choses qui ne sont pas encore décidées."

Voir aussi

Il a rappelé que le gouvernement s'engageait à ce qu'il n'y ait pas de baisses de pensions. "Si nous faisons une réforme c’est parce que nous voulons que dans le futur les pensions ne baissent pas en France. Pour ça il y a trois facteurs : le montant des pensions, des cotisations, et l’âge de départ. Nous ne voulons pas baisser les pensions, nous ne voulons pas augmenter les cotisations, en tout cas pas trop, et la question de l’âge est ce qui se discute."

A propos de l'argument des enseignants rappelant que leurs salaires sont faibles, notamment en début de carrière, et qu'ils seront forcément perdants si leur pension n'est plus calculée sur leurs six derniers mois de salaire, il a répondu :  "Nous allons travailler pour que ça n’ait pas de conséquences en matière de baisse des retraites, et que pour y arriver nous allons améliorer les salaires en début de carrière."

Lire aussi

Enfin, comme Elisabeth Borne sur LCI mercredi matin, il a ouvert la porte à quelques concessions. "Le 9 décembre Jean-Paul Delevoye dira les prochaines avancées, précisions, et le Premier ministre s’exprimera quelque jours plus tard, ce qui permettra d’avancer sur la question des générations concernées par la réforme des retraites. On était parti de l’idée de 1963, ça risque d’être un peu plus tard, ce qui signifiera que les générations nées avant ne seront pas concernées, que les autres y entreront progressivement et qu’elles seront aussi concernées par l’amélioration des rémunérations."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter