Retraites : nouvelle journée noire en vue dans les transports, l'exécutif prépare ses annonces

Retraites : nouvelle journée noire en vue dans les transports, l'exécutif prépare ses annonces
Social

Toute L'info sur

Les grèves contre la réforme des retraites d'Emmanuel Macron

MOBILISATION - Edouard Philippe dévoilera l'intégralité du projet de réforme des retraites mercredi 11 décembre. Son ambition : sauver la mise en place d'un "régime par points" quitte à faire d'importantes concessions. Face à lui, l'opposition des syndicats s'inscrit dans la durée avec une nouvelle épreuve de force en vue mardi, et, d'ici là, des perturbations considérables dans les transports. Suivez les dernières infos.

Live

COUPURES D'ÉLECTRICITÉ


Deux syndicalistes agents d'Enedis (ex-ERDF) en Dordogne ont été interpellés et placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête sur une coupure sauvage d'électricité, le 10 janvier, dans une entreprise du département classée Seveso, a-t-on appris auprès du parquet et d'Enedis.


Les deux agents ont été placés en garde à vue mercredi matin à la gendarmerie de Neuvic dans le cadre d'une enquête pour "mise en danger de la vie d'autrui", a-t-on indiqué au parquet de Périgueux sans plus de précision.

PREVISION

Sur LCI, la secrétaire confédérale de la CGT Catherine Perret, en pointe sur la question des retraites, prévient : "La mobilisation s'annonce extrêmement forte le 24 janvier".

AVOCATS

A Bobigny, des dizaines d'avocats se sont mobilisés pour un haka afin de dire tout le mal qu'ils pensaient de la réforme des retraites.

PREVISIONS

Après un début de semaine relativement calme sur le front des actions anti-réforme dans le secteur des transports en commun, il faudra s'attendre à un "vendredi noir", le 24 janvier, nouvelle journée de mobilisation contre la réforme. Après avoir "repris des forces", les syndicats, y compris le leader Unsa à la RATP, prévoient une forte mobilisation. Une "journée noire", même, si l'on en croit Solidaires RATP.

RETRAITES


Plus de six Français sur dix (61%) considèrent qu'Emmanuel Macron devrait prendre en considération les contestations contre la réforme des retraites et la retirer, une opinion en hausse de quatre points en un mois, selon un sondage Elabe publié mercredi. Seuls 39% estiment au contraire que le chef de l'État "a raison de faire cette réforme" car "elle était dans son programme".

COUPURES D'ÉLECTRICITÉ


Interrogé sur les coupures d'électricité, le Premier ministre Édouard Philippe a dénoncé le comportement de ceux à l'origine de ces actions. Il a déploré "des actes qui sont totalement opposés à l'esprit du service public, totalement illégaux, totalement inacceptables".

COUPURES D'ÉLECTRICITÉ


La députée LaREM Yaël Braun-Pivet "ne (croit) pas qu'il faille poursuivre" les syndicalistes CGT qui ont coupé le courant pour protester contre la réforme des retraites, en jugeant mercredi qu'"on ne peut pas faire la sourde oreille" à leurs revendications.


 "Je ne crois pas qu'il faille les poursuivre", a estimé la présidente LaREM de la commission des Lois dans un entretien vidéo de L'Opinion, interrogée sur l'opportunité de poursuites contre des syndicalistes CGT après les actions de mardi. Il ne s'agit pas d'"impunité", selon elle, mais du respect du "droit de grève". "Ces modes d'action violente à mon sens sont contre-productifs car ils gênent considérablement la population et sont peut-être beaucoup trop forts dans leur expression", a-t-elle ajouté. "Maintenant, on ne peut pas ne pas entendre et faire la sourde oreille aux revendications de cette partie de la population", a-t-elle ajouté. "Il faut faire avec, parce que c'est l'état de la contestation aujourd'hui".

COUPURES D'ÉLECTRICITÉ


En déplacement à la centrale nucléaire de Gravelines, perturbée par les grèves, Philippe Martinez a réagi aux gardes à vue de deux syndicalistes et agents d'Enedis en Dordogne. Pour le secrétaire général de la CGT, cette décision "jette de l'huile sur le feu". "Il y a deux agents en garde à vue à Périgueux, il y en a eu deux à Orléans, trois à Bordeaux, il y a ceux de la RATP, etc. La conception de la négociation et de la discussion avec un mouvement de grève, c'est les gardes à vue. Je crois que ça, c'est jeter de l'huile sur le feu", a-t-il déclaré.

BERCY


Devant le ministère de l'Economie, d'autres métiers rejoignent les égoutiers dans leur action, en jetant leurs outils de travail. Une façon de montrer que plusieurs corps de métiers s'opposent à la réforme des retraites, comme nous l'expliquions ici

Dordogne : deux agents d'Enedis en garde à vue après une coupure sauvage d'électricité

COLÈRE DES ÉGOUTIERS


Les égoutiers sont opposés à la réforme des retraites, car ils ne pourront pas profiter de l'accès au compte pénibilité, voulu par l'exécutif pour compenser la fin des régimes spéciaux. On a fait le point sur ces métiers considérés comme "non-pénibles".

VIDÉO - Retraites : égoutiers, couvreurs… Ces métiers considérés comme "non pénibles"

COLÈRE DES ÉGOUTIERS


Les égoutiers ont rejoint les rangs de la colère. Réunis devant le ministère de l’Économie, à Bercy, ils ont jeté leur bleu de travail en signe de protestation contre la réforme des retraites.

DÉBLOCAGE À TOURS


Un site de l'Université de Tours a été évacué au petit matin, après près de dix jours de blocage. Depuis le 13 janvier, une trentaine d'étudiants bloquaient en effet le site des Tanneurs, filtrant les entrées et empêchant la tenue de cours. L'action a eu lieu sur demande du président de l'établissement, Philippe Vendrix, qui estimait que les individus refusaient le dialogue. 


"L'évacuation s'est déroulée dans le calme sans usage de la force", a précisé la Préfecture d'Indre-et-Loire dans un communiqué, les étudiants étant sortis par eux-mêmes. 

Urgent

COUPURES D'ÉLECTRICITÉ


Deux syndicalistes agents d'Enedis (ex-ERDF) en Dordogne ont été interpellés et placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête sur une coupure sauvage d'électricité, le 10 janvier, dans une entreprise du département classée Seveso, a-t-on appris auprès du parquet et d'Enedis.


Les deux agents ont été placés en garde à vue mercredi matin à la gendarmerie de Neuvic dans le cadre d'une enquête pour "mise en danger de la vie d'autrui", a-t-on indiqué au parquet de Périgueux sans plus de précision.

ACTION "REVENDICATIVE ET FESTIVE" À MARSEILLE


 Une occupation "revendicative et festive" a actuellement lieu devant le rectorat d'Aix-Marseille, à l'appel du SNES, premier syndicat des personnels enseignants des collèges et des lycées. Elle doit avoir lieu jusqu'à 16h.

L'IMAGE DU MATIN


C'est au Havre que le lancement de l'opération "ports morts", qui débute ce mercredi jusqu'à vendredi, a été le plus spectaculaire. Sur la façade du siège administratif du Grand port maritime, des lettres formant le mot "CGT" ont été réalisées en allumant la lumière aux fenêtres.

AVOCATS MOBILISÉS


La profession n'aura cessé de renouveler ses modes d'action. Devant le Palais de justice de Rouen, les avocats tentent de se faire entendre, cette fois-ci en danse et en chanson. 

FAKE NEWS


Pour Mounir Mahjoubi, député LaREM, les grévistes qui ont réalisé des coupures de courant doivent être sanctionnés "pour tous les malades à domicile". Un "faux argument", pourtant souvent avancé. Car comme le souligne le médecin urgentiste Gérald Kierzek sur notre antenne, les personnes qui sont sous oxygène à domicile "ont des batteries de secours", et n’encourent donc "pas de risque". "Il faut arrêter l’argument médical, il n’y a pas de risque."

FAKE NEWS


Pour Mounir Mahjoubi, député LaREM, les grévistes qui ont réalisé des coupures de courant doivent être sanctionnés "pour tous les malades à domicile". Un "faux argument", pourtant souvent avancé. Car comme le souligne le médecin urgentiste Gérald Kierzek sur notre antenne, les personnes qui sont sous oxygène à domicile "ont des batteries de secours", et n’encourent donc "pas de risque". "Il faut arrêter l’argument médical, il n’y a pas de risque."

FAKE NEWS


Pour Mounir Mahjoubi, député LaREM, les grévistes qui ont réalisé des coupures de courant doivent être sanctionnés "pour tous les malades à domicile". Un "faux argument", pourtant souvent avancé. Car comme le souligne le médecin urgentiste Gérald Kierzek sur notre antenne, les personnes qui sont sous oxygène à domicile "ont des batteries de secours", et n’encourent donc "pas de risque". "Il faut arrêter l’argument médical, il n’y a pas de risque."

FAKE NEWS


Pour Mounir Mahjoubi, député LaREM, les grévistes qui ont réalisé des coupures de courant doivent être sanctionnés "pour tous les malades à domicile". Un "faux argument", pourtant souvent avancé. Car comme le souligne le médecin urgentiste Gérald Kierzek sur notre antenne, les personnes qui sont sous oxygène à domicile "ont des batteries de secours", et n’encourent donc "pas de risque". "Il faut arrêter l’argument médical, il n’y a pas de risque."

ERIC CIOTTI CONDAMNE


Eric Ciotti (LR) était l'invité ce mercredi matin d'Elizabeth Martichoux sur LCI.

Eric Ciotti : "Il n'y a jamais eu autant de tensions sociales dans le pays, autant de violences"

"IL FAUT SE FAIRE ENTENDRE"


Invité sur LCI, Eric Coquerel a lui aussi estimé que les actions menées par la CGT étaient devenues nécessaires "pour se faire entendre". "A un moment donné, il faut utiliser des moyens qui permettent de signifier que cette grève n'est pas en train de s'éteindre mais qu'elle s'étend en terme de professions." L'élu LFI a même dit "approuver ce type d'actions", avançant que "tout ce qui consiste à montrer monter que dans ce pays des personnes qui produisent les richesses (...) c'est utile".

RADICALISATION INÉLUCTABLE ?


Adrien Quatennens accuse l'exécutif d'être la cause des nouvelles formes de lutte. Le numéro 2 de La France insoumise pense ainsi qu'une "forme de radicalisation" du mouvement de contestation est "inéluctable" dès lors que "le gouvernement entend continuer par la force à imposer un projet de loi". Si l’élu du Nord "appelle de [ses] vœux à ce que la mobilisation soit toujours tranquille" et "pacifique", il ne "condamne pas" les coupures de courant réalisées par la CGT, préférant accuser "l'entêtement du gouvernement" et son "jusqu'au-boutisme".


"Le pays est toujours en ébullition, le mouvement ne s'essouffle pas et le retrait est toujours la solution", a-t-il assuré.

MENACES DE MORT


Deux balles scotchées sur une lettre. C'est ce qui a été envoyé à Bercy, selon l'AFP. L'agence a appris auprès du ministère de l'Economie que Bruno Le Maire et que Gérald Darmanin ont reçu des lettres de menaces de mort non-manuscrites. Dans l'une d'elles, l'auteur réclame l'abandon de la réforme des retraites : "Tu convaincs Macron que cela suffit, qu'il retire sa réforme, sinon on massacre", est-il écrit dans ce courrier. Une plainte devrait être déposée dans la journée.

BLOCAGE À ROUEN


Des manifestants de la CGT ont tenté de bloquer la circulation social ce matin, selon plusieurs médias sur place, avant d'être délogés par les forces de l'ordre. "Plus d'une centaine" de manifestants étaient présents à un blocage filtrant de la Carsat, a ainsi indiqué à l'AFP Gérard Le Corre, de la CGT. Une information confirmée par la préfecture de Seine-Maritime, qui parle du blocage "d'un des accès à la ville". Délogé, le cortège s'est ensuite dirigé jusqu'à la préfecture.

COUPURES D'ÉLECTRICITÉ : MARTINEZ RÉAGIT 


"Non", Philippe Martinez ne demande pas aux membres de la CGT qui réalisent des coupures d'électricité d'arrêter. Le secrétaire général du syndicat préfère "dire au gouvernement 'écoutez'", plutôt que de "stigmatiser les grévistes".  Car pour lui, ces actions ne sont "pas de la délinquance" et ciblent "des points stratégiques". "On ne vise pas les citoyens, même s’il peut y avoir quelques dégâts collatéraux", a-t-il déclaré. Quant aux accusations de mettre en danger les citoyens, comme Eric Ciotti ce matin sur LCI, le syndicaliste rappelle que – concernant les ascenseurs et les personnes dans les hôpitaux par exemple – il y a "des systèmes de secours".


Cependant, Philippe Martinez le répète, "non", ce n'est pas acceptable de couper l'électricité au siège de la CFDT. 

ÉRIC CIOTTI SUR LCI 


"Il y a eu des résultats sous Nicolas Sarkozy. Sur la réforme des retraites, on est passé de 60 à 62 ans. C’est un gain de 25 milliards d’euros pas an",  Eric Ciotti, député et conseiller départemental des Alpes-Maritimes Les Républicains, l’invité ce mercredi Matin d’Elizabeth Martichoux sur LCI. 

ÉRIC CIOTTI SUR LCI 


Le Premier ministre Edouard Philippe déclarait hier "Vouloir bloquer un certain nombre de sites, ne pas respecter la loi en s'introduisant dans telle ou telle enceinte privée, procéder à des coupures sauvages de courant, tout cela c'est méconnaître la démocratie, tout cela c'est méconnaître la loi et tout cela doit être sanctionné car ça n'est pas acceptable". 


"Naturellement ça n’est pas acceptable", réagit  Eric Ciotti, député et conseiller départemental des Alpes-Maritimes Les Républicains, qui est l’invité ce mercredi Matin d’Elizabeth Martichoux sur LCI. "Ca n’est pas légitime, mettre en danger des usagers, comme la coupure d’électricité à Orly, ça n’est pas acceptable, ça doit être condamné et sanctionné". 

UNE USINE HYDRO-ÉLECTRIQUE À L'ARRÊT


La centrale de Grand'Maison, en Isère, l'usine hydro-électrique la plus puissante de France, a été mise à l'arrêt depuis mardi matin pour protester contre la réforme des retraites, a annoncé la CGT.

Cette action a été décidée en assemblée générale par les grévistes du site "qui se sont installés en piquet de grève reconductible pour une durée indéterminée", précise le syndicat, ajoutant que les grévistes "décideront dans les jours qui viennent des suites à donner au mouvement".

TRANSPORT DE MARCHANDISES


Le gouvernement mettra en place des mesures de soutien pour les secteurs du transport de marchandises et de la logistique, affecté par des grèves et blocages. 

Pour aider les entreprises en difficulté, la secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher propose "au cas par cas" des reports d'échéances sociales ou fiscales, l'accélération des remboursements de TVA ainsi que le recours à l'activité partielle, soit des mesures déjà annoncées en décembre en faveur des commerces affectés par la grève des transports en commun.

Le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari affirme pour sa part que "ce contexte particulier sera pris en compte dans le cadre de la vérification des temps de repos et de conduite des conducteurs de poids lourds, notamment pour faciliter la reprise de l'activité".

Autre mesure de soutien aux entreprises de la filière: le gouvernement promet la mise en place d'un "processus accéléré de remboursement de la (taxe sur le carburant) TIPCE du gasoil professionnel" ainsi des exonérations de pénalités de retard dues aux clients à la suite d'actions de "blocages ou barrages filtrants".

MARSEILLE


La Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de la métropole de Marseille évalue à près de 100 millions d'euros les pertes dues aux actions de blocage du port en décembre. Selon ses calculs,  les pertes dues à ces opérations dites de "port mort" ont atteint 33 millions d'euros liés à la baisse d'activité, 25 millions de manque à gagner de rentrée fiscale (TVA) et 41 millions de surcoût "pour les clients qui ont dû acheminer leur marchandise depuis un autre port".

Le chantier naval a aussi été très impacté: "Deux bateaux très importants ont décidé d'aller ailleurs et risquent de ne plus revenir", a assuré Jean-Luc Chauvin.

CONCERT


Mercredi, la CGT organise à Paris un concert de soutien aux grévistes et à leurs familles. Ont annoncé leur participation : les chanteurs et humoristes Audrey Vernon, Cali, Imany, Clarika, Te Beyio, Gauvin Sers, Guillaume Meurice, Alex Vizorek, Frédéric Fromet, Marie Réno, HK, Lénine Renaud, Didier Super, Agnès Bihl et Yvan Le Bolloc'h.


Le concert est prévu à 19 heures au cirque Phénix, sur la pelouse de Reuilly, dans le 12e arrondissement de Paris. Ouvert à tous, le prix d'entrée a été fixé à 10 euros. Il "s'inscrit dans les journées d'action" programmées par la CGT de mercredi à vendredi.

COUPURES DE COURANT

A l'Assemblée nationale, Edouard Philippe a dénoncé à son tour les coupures de courant revendiquées par la CGT Energies ces derniers jours. "Vouloir bloquer un certain nombre de sites, ne pas respecter la loi en s'introduisant dans telle ou telle enceinte privée, procéder à des coupures sauvages de courant, tout ça, c'est méconnaître la démocratie et la loi. Tout ça doit être sanctionné, car ce n'est pas acceptable. L'outil de production, il se respecte, le service public, il se respecte, nos concitoyens, ils se respectent. Quand on procède à ces coupures, on met nos citoyens en insécurité et ça n'est pas acceptable".

LES GRANDS GAGNANTS DE LA GRÈVE DES TRANSPORTS


Des secteurs auxquels on pense moins ont eux aussi sorti leur épingle du jeu. Comme celui du repas à domicile, avec des commandes de Deliveroo qui ont augmenté de 20% en décembre, et même 25% en comptant la banlieue parisienne. 


Plus surprenant encore, le commerce des masques anti-pollution. Avec des Franciliens qui marchaient et pédalaient, le fabricant R-Pur dit avoir enregistré une hausse de 30% de ses ventes. Côté santé également, une start-up spécialiste de la télémédecine, Medadom, affirme à l'AFP que le nombre d'utilisateurs de son application pour consultations en ligne a augmenté de 50% depuis le début de la grève, avec un record de 320 consultations en une seule journée.

LES GRANDS GAGNANTS DE LA GRÈVE DES TRANSPORTS


Sans surprise, le secteur de la mobilité alternative est en plein essor. En Ile-de-France, les voies de circulation ont été prises d'assaut par une marée de débutants à bicyclette, scooter ou trottinette, dont celle du loueur Lime. Selon les chiffres de l’entreprise communiqués à l’AFP, elle a enregistré 8.000 nouveaux utilisateurs le premier jour de la grève puis une moyenne de 4.000 par jour. La société a enregistré sur la période une augmentation de 75% de ses locations à Paris, avec jusqu'à 120.000 utilisateurs les jours de manifestations. Succès encore plus grand chez Cityscoot, loueur de scooters électriques, qui observe une hausse de 150% de ses locations en décembre par rapport à l’an dernier. Les nouveaux abonnements ont augmenté de 400%.

LES GRANDS GAGNANTS DE LA GRÈVE DES TRANSPORTS


"Pour nous, taxis, ça a été bon." Et oui, selon Jean-Robert Philippe, 55 ans, conducteur indépendant, la grève a eu du bon. En décembre, ses ramassages quotidiens ont doublé par rapport aux autres années, a-t-il confié auprès de l’AFP. D'habitude, la période est assez calme, les Parisiens quittant la ville pour des fêtes de Noël et de la Saint-Sylvestre en famille. 


Si la voiture a elle seule a connu un franc succès, c'est aussi le cas du covoiturage, facilité par des applications mobiles. Parmi elles, Karos, qui rapporte avoir eu 100.000 nouveaux abonnés en décembre, "soit huit à 10 fois plus qu'un mois traditionnel".

L’OPÉRATION "PORTS MORTS" EST "SUICIDAIRE"


Le blocage des ports est "complètement suicidaire". C'est le constat, alarmant, de la présidente de l'Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE). En marge de la cérémonie des vœux de cet organisme - qui représente des PME du secteur routier - Aline Mesples a ainsi estimé que cette grève était en train "d'enterrer les ports français". "L'activité transport est totalement handicapée par cette situation", a déploré la cheffe de l'OTRE, qui réclame "un service minimum" dans les ports et des aides financières "ponctuelles".


La fédération CGT des Ports et Docks a prévu une nouvelle opération "ports morts", de mercredi à vendredi, dans les sept grands ports français afin de protester contre la réforme des retraites. 

COUPURE D'ÉLECTRICITÉ DANS LE VAL-DE-MARNE : LE POINT

La CGT Energie coupe le courant à 35.000 personnes dans le Val-de-Marne : Enedis va porter plainte

COUPURE D'ÉLECTRICITÉ EN GIRONDE


La CGT-Energie de Gironde revendique des coupures d'électricité dans trois établissements mobilisés de la région, en signe de solidarité avec le personnel enseignant, qui lutte contre la réforme des retraites, mais aussi contre la nouvelle formule du baccalauréat. "La CGT Énergie 33 s'associe de tout cœur avec cette jeunesse combative qui a décidé de se bâtir un avenir résolument progressiste", écrit le syndicat sur Facebook.

TÉMOIGNAGES


Ils sont près de 35.000 à avoir été impactés par la coupure d’électricité sauvage qui a touché le sud de Paris. Parmi eux, des commerçants de Rungis, qui se sont soudainement retrouvés plongés dans le noir. Ils témoignent.

"PORTS MORTS" : 100 MILLIONS D'EUROS DE PERTE


Les grèves ont coûté 100 millions d'euros au port de Marseille pour le mois de décembre. C'est en tout cas ce qu'a déclaré à La Provence le président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) d'Aix-Marseille Provence, Jean-Luc Chauvin. De plus, depuis le début de l'année et l'opération "ports morts", le trafic de conteneurs a chuté d'environ 30%, d'après la même source, et près de 50.000 croisiéristes ont été perdus.

ENEDIS VA PORTER PLAINTE


Comme à chaque "acte de malveillance", Enedis va déposer une plainte suite à la coupure d'électricité qui a touché le sud de Paris ce matin. Contactée par LCI, la société chargée de la gestion et de l'aménagement réseau de distribution d'électricité en France "condamne" cet acte qui a "impacté environ 35.000 clients". Le courant, coupé "vers 5h du matin", a été rétabli à 7h45 "grâce à l'intervention et la mobilisation" des équipes. 


Enedis en a profité pour "alerter" sur les problématiques  que peut soulever un acte de ce type : "Tout acte de malveillance peut mettre en danger la sécurité des personnes et des biens."

LYCÉES À L'ÉTRANGER


C'est une première. Plusieurs lycées français à l'étranger font des actions et ont prévu de rentrer dans la grève, à partir de ce vendredi, selon le SNES-FSU, syndicat majoritaire de l'enseignement secondaire. C'est le cas par exemple des établissements de Berlin, de Munich, mais aussi celui de Barcelone. 

LE GOUVERNEMENT "JOUE AVEC LE FEU" (LE PEN)


Elle condamne mais justifie. Marine Le Pen "condamne les violences, d'où qu'elles viennent" mais estime que le président et le gouvernement "ont joué avec le feu et aujourd'hui ils s'y brûlent les doigts". Pour la présidente du Rassemblement national, les intrusions et les intimidations sont donc l'oeuvre d'une sorte de karma : "Quand on commet une mauvaise action et qu'on a de mauvaises pensées, ça se retourne souvent contre vous."


L'ancienne rivale d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle a directement accusé le président d'avoir mis la France "à feu et à sang". "Les décisions qu'il prend, la manière dont il met en œuvre ces décisions, la manière dont il les annonce, le calendrier qu'il choisit, tout est fait pour créer les conditions d'une explosion sociale", a estimé l'élue d'extrême droite.

"SCANDALEUX" ET "IRRESPONSABLE"


Julien Denormandie, le Ministre chargé de la Ville et du logement, dénonce "très clairement" et "très fermement" les actions de la CGT-Energie dans le Val-de-Marne. "C'est scandaleux, irresponsable, et je dirais même plus, ça détruit le dialogue social."

"PAS LA FIN DU MONDE", POUR LA CGT-ÉNERGIE 


Après la coupure d’électricité sauvage dans le Val-de-Marne, Franck Jouano, de la CGT-Energie du département concerné, assume. Cette action permet de "marquer les esprits", avoir "un impact " et "surtout, se faire entendre". S'il regrette que des habitants se retrouvent dans le noir, il relativise cependant la gêne occasionnée. "Ce n'est pas la fin du monde."

COUPURE GÉANTE EN ÎLE-DE-FRANCE


La CGT Energie du Val-de-Marne revendique une coupure d'électricité à Rungis, dans le Val-de-Marne.

Infos précédentes

Le bras-de-fer s’annonçait musclé et il l'a été. Au moins 800.000 personnes sont descendues dans la rue jeudi partout en France et des secteurs entiers d'activité ont tourné au ralenti dans le cadre d'une mobilisation massive contre la réforme 

des retraites, promesse phare du quinquennat d'Emmanuel Macron, avec des incidents dans la capitale.

La CGT annonçait elle plus de 1,5 million de manifestants dans tout le pays et 250.000 à Paris. Le ministère de l'Intérieur a recensé de son côté 806.000 manifestants, dont 65.000 dans la capitale. 

Vers une poursuite de la grève

Les syndicats de la RATP et de la SNCF ainsi que ceux des transports aériens, ont annoncé avant même la fin des manifestations que le mouvement se poursuivrait ce vendredi 6 décembre et même jusqu'au lundi 9 décembre au soir, inclus.

"On ne pense pas qu'il y aura une amélioration significative demain" dans les transports publics, a déclaré la ministre de la Transition Écologique, Élisabeth Borne. A la RATP, la reconduction du mouvement a été votée en assemblées générales. 

Lire aussi

Suivez toutes les dernières informations sur la grève, les manifestations et les blocages dans notre module ci-dessous. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent