Enfants privés de train à Noël : entre système D et covoiturage, les parents cherchent des alternatives

Grève SNCF : Un Noel gâché pour 6000 enfants

GRÉVE - L'annulation du service "Junior & Co" par la SNCF entre le 20 et le 24 décembre, pose un certain nombre de problèmes de dernière minute aux parents dont les enfants devaient bénéficier de ce service. Si la SNCF met en avant la "sécurité" des enfants pour justifier l'annulation, des parents vont devoir mettre la main à la poche pour racheter des billets. Un surcoût important.

C'est la nouvelle épine dans le pied de la communication de la SNCF sur son plan de transport prévu à Noël : la suppression pure et simple, entre le 20 et le 24 décembre, du dispositif "Junior & co" qui permet en temps normal aux enfants âgés de 4 à 14 ans de voyager en groupe, accompagnés d'un animateur diplômé. En tout, ce sont 5000 enfants qui seront concernés par ces annulations. 

La SNCF a justifié cette suppression temporaire du dispositif par le fait qu'il avait fallu renforcer un plan de transport pour permettre à une majorité d'usagers détenteurs de billets de prendre un train. Pour cette raison, il a fallu recaser les voyageurs dans des voitures supplémentaires, alors que le service "Junior & Co" nécessite de réquisitionner l'intégralité d'un wagon pour assurer la sécurité des enfants. 

Toute l'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

Une annulation du service pour des raisons de sécurité

Une décision qui laisse de nombreux parents désabusés et en colère à l'idée de ne pas passer Noël avec leurs enfants. Mais pour la SNCF, c'est avant tout "un problème de sécurité". "Nous attendons une très forte affluence dans les trains et nous ne voulons prendre aucun risque avec les enfants qui voyagent seuls. C'est une situation particulière qui peut être perturbante pour les enfants, alors nous préférons annuler le service. C'est le risque zéro qui prévaut pour les enfants", expliquait la SNCF à LCI jeudi matin. Celle-ci a également indiqué qu'il était impossible de renforcer les effectifs de personnels encadrants dans les trains en raison de l'affluence attendue. 

La société précise que les billets achetés pour ce dispositif particulier seront intégralement remboursés, de façon automatique. "Un email a été envoyé à toutes les familles hier soir, le remboursement est automatique sur leur carte bancaire", explique la société. En raison de ce contexte particulier, "chacun peut tenter de reprendre un billet" mais aucune solution alternative n'est proposée aux parents. 

Un surcoût de 113 euros sur un trajet

Reste que si la sécurité prévaut, comme l'indique la SNCF, le remboursement et l'éventuel rachat d'un billet n'est pas totalement indolore pour le porte-monnaie. De nombreux parents se sont plaints sur les réseaux sociaux des prix des billets qu'ils devaient éventuellement racheter à la dernière minute. 

Pour Laureyne, dont l'enfant doit rejoindre son père, en Suisse, l'annulation de ce service à ces dates pose un problème, mais ils ont pu s'organiser : "Avec le papa de mon fils, nous nous sommes organisés pour faire la moitié du trajet chacun et se retrouver à Dijon", explique-t-elle, confirmant que la SNCF allait la rembourser. 

Pour ce trajet de Paris jusqu'à Dijon, "j'en avais pour plus de 200 euros pour nous deux", dit-elle. Un prix très largement au dessus des 87 euros payés initialement, alors elle a opté pour un aller en voiture jusqu'à Dijon, où le père de son enfant viendra le récupérer avant de regagner la Suisse. 

Le covoiturage et les services d'accompagnement sollicités

D'autres parents ont choisi de proposer eux-mêmes un service de co-voiturage pour les enfants. Sur Facebook, un groupe s'est créé pour palier à l'annulation du service, intitulé "Junior et compagnie annulé, covoiturons". 

D'autres optent pour des sociétés comme KidyGo, qui offre des alternatives pour accompagner les enfants dans les transports. Pour l'heure, la SNCF n'a pas été en mesure de nous préciser si cette annulation du service du 20 au 24 décembre allait également s'appliquer au delà du 24 décembre. "Pour l'instant, nous ne savons pas", nous a-t-on indiqué. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter