Ex-Whirlpool : le projet de reprise validé par la justice, 44 salariés conservés, 138 licenciés

Social
JUSTICE - Le tribunal de commerce d'Amiens a validé ce mardi le projet de reprise d'Ageco Agencement, qui compte conserver 44 salariés de WN, anciennement Whirlpool, alors que 138 autres seront licenciés. La mairie d'Amiens a salué le projet de reprise des 44 salariés.

Ce mardi, le tribunal de commerce d'Amiens a validé l'offre d'Ageco Agencement, qui compte reprendre 44 salariés de la société en redressement judiciaire WN, repreneur l'an dernier de l'usine de Whirlpool après la délocalisation de la production de sèche-linge en Pologne.


Si 44 salariés garderont donc leur emploi, 138 autres ne seront pas repris par la société d'agencement pour les commerces et les collectivités locales et vont être licenciés. WN a été placée le 3 juin en redressement judiciaire, faute de débouchés commerciaux concrets pour ses casiers réfrigérés connectés, chargeurs de batteries pour vélos et voitures.

La mairie d'Amiens salue la validation du projet de reprise

Dans un communiqué, la mairie d'Amiens a salué ces solutions partielles et cette validation de projet de reprise par Ageco : "Les élus saluent la validation ce mardi 30 juillet par le tribunal de commerce d’Amiens du projet de reprise des activités "shopping box" et "open factory" par la société Ageco. Cette société dynamique, déjà implantée sur le site avec le soutien de la région et d’Amiens métropole va ainsi pouvoir embaucher 44 anciens salariés de Whirlpool/WN."


En pleine campagne présidentielle, Emmanuel Macron était allé à la rencontre des salariés le 26 avril 2017, où il avait été directement défié par son adversaire, la candidate du Front national, désormais Rassemblement national, Marine Le Pen. Avant d'y revenir cinq mois plus tard, en octobre 2017, en compagnie du repreneur de l'époque, Nicolas Decayeux, à la tête du projet WN. Ce dernier s'était engagé à reprendre 277 des 290 salariés que comptaient Whirlpool. Un plan à l'époque salué par le chef de l'Etat, qui l'avait qualifié d'"exemplaire".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter