Gilets jaunes : 1500 actions attendues ce 17 novembre, les secteurs où ça va coincer

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

CONTESTATION - La France sera-t-elle "bloquée" par les gilets jaunes ce 17 novembre ? Près de 1500 actions sont prévues selon nos informations, mais l'ampleur du mouvement est encore difficile à cerner. Très organisés dans certaines villes, ces rassemblements sont encore imprécis dans d'autres. Tour de France de la contestation à venir.

Comment va se dérouler la journée du 17 novembre ? Pour contester la hausse des prix du carburant et des taxes, les "gilets jaunes" organisent depuis plusieurs semaines déjà la mobilisation de samedi prochain. Blocages de péages, d'autoroutes, de tunnels, occupations de rond-points... Le site blocage17novembre.com  recense près de 700 points de blocage. Mais selon nos informations, ce chiffre pourrait être bien supérieur : au total, près de 1500 actions seraient prévues dans toute la France mais une centaine à peine auraient été déclarées dans les règles. 

Car ces appels à la contestation restent  disparates : s'ils peuvent être très organisés dans certaines villes - comme à Paris ou Strasbourg - d'autres rassemblements ne prévoient encore ni lieu ni heure, rendant difficile l'estimation précise des participants.  LCI fait le point. 

Voir aussi

Consultez la carte des manifestations prévues ville par ville en cliquant dans ce lien. 

En Ile-de-France : le périph bloqué à partir de 14h ?

A trois jours de la journée de mobilisation, au moins une vingtaine de blocages sont prévus en Ile-de-France. L'action la plus impressionnante risque de se dérouler sur le périphérique parisien. En tout cas, la page Facebook qui centralise les informations dans le secteur rassemble pas moins de 50.000 participants et environ 200.000 personnes intéressées. Il est demandé aux manifestants d'entrer sur le périphérique parisien à 14 heures tapantes.

Ailleurs en Île-de-France, des rassemblements sont prévus, comme à Cergy, Versailles ou encore Rambouillet. A Senlis, des gilets jaues appellent à bloquer l'autoroute A1, ainsi que le péage au niveau de Bonsecours. Mais sur les réseaux sociaux, ces événements ne sont pas détaillés : impossible de savoir combien de personnes rejoindront le mouvement localement. 

Nord : opérations escargot entre Seclin et Lille

Nombreux rassemblements en vue dans le Nord. "Une centaine de blocages sont prévus ici dans la région", a rappelé Sébastien Hembert, correspondant local pour TF1, ce vendredi. "Mais il n'y aura pas d'opération escargot, contrairement à ce qui était prévu", a-t-il poursuivi. Dans un premier temps, à Dunkerque et Calais, un blocage de la circulation sur l'autoroute A16 était prévu. Même chose à Bapaume, où l'axe A1 était concerné. Vers Calais, un appel avait été lancé pour perturber l'accès au tunnel sous la Manche ainsi que le port de Calais. Finalement, la région ne serait concernée que par des barrages filtrants au niveau des ronds points, des supermarchés et stations services ce samedi tandis qu'une manifestation partira de Place de la République dans le centre de Lille.

Du côté de Maubeuge, des parkings de zones commerciales seront occupés dès 6 heures du matin. Et le mouvement devrait durer toute la journée. A Valenciennes par exemple, l'appel au rassemblement est fixé à 13h30, là encore sur un parking, celui de la patinoire, Tandis qu'à Douchy-les-Mines, un mot d'ordre circule afin de bloquer la raffinerie à partir de 5h30 du matin. 

En termes d'affluence, l'estimation reste pour l'heure difficile : la page Facebook "Gilets jaunes Nord 59" regroupe seulement 11 personnes.

Ouest : rassemblements à Brest et Nantes... mais plus à Dinan

Selon nos confrères du Télégramme, deux points de rendez-vous sont prévus dans les alentours de la ville de Brest. A partir de 7 heures du matin, il y a un appel à se réunir au supermarché Leclerc de Kergaradec, ainsi qu'à Plougastel, pour un blocage sur la RN 165. A Quimper, de ronds-points pourraient être occupés à partir de 8 heures. 

Vers Nantes, un appel au rassemblement est lancé sur le parking de l'aéroport Nantes Atlantiques. Plus à l'est, dans les environs de Falaise, la page Facebook "Gilets jaunes du pays de Falaise" réunit tout de même 540 personnes. 

Enfin, d'après Sud-Ouest, un rassemblement est prévu au pied du pont vers l'île d'Oléron. Mais certains appels à la mobilisation n'ont pas tenu sur la longueur : à Dinan, par exemple, les organisateurs du rassemblement ont tout annulé, par crainte des risques judiciaires encourus. 

Est : grosse affluence attendue à Strasbourg

A Strasbourg, la page Facebook Alsace annonce un rendez-vous à partir de 7h30 sur le parking Leclerc de Geispolsheim. La mobilisation pourrait prendre de l'ampleur, car cette page rassemble pas moins... de 25.000 membres. Plus au sud, à Mâcon, on appelle sur les réseaux sociaux à "tout bloquer : péages et stations services" Le rendez-vous est fixé sur le parking de Auchan à 8h30 et plus d'un millier de personnes se disent intéressés par l'événement. 

Vers Clermont-Ferrand, il y a trois départs au choix d'opérations escargot: la salle du Zénith, un plan d'eau et un parking de supermarché, tôt le matin. 

Sud-Est : Marseille, Nîmes, Montpellier et Montélimar

A Montelimar, il est prévu de bloquer les deux péages, sud et nord. Non loin de là, du côté de Saint-Etienne, une page Facebook (qui rassemble 4000 participants potentiels) appelle au rassemblement au Géant Casino tôt le matin pour ensuite débuter une opération escargot vers diverses stations services, sur l'A7 ainsi que le périphérique lyonnais.  

Plus au sud, à Nimes, le rassemblement présente une organisation assez rigoureuse. Les messages sur les réseaux sociaux appellent à une manifestation pacifiste, en l'absence des enfants. Point de rendez-vous : le rond point à la sortie de l'autoroute Nîmes Ouest, à 8 heures du matin. Six mille personnes se disent intéressées par le rassemblement.

A Grenoble, quatre rassemblements sont prévus dès 8 heures du matin. Les organisateurs espèrent réussir à converger vers le grand rond-point du Rondeau, l'un des principaux accès à l'agglomération, où ils comptent installer leur barrage à partir de la fin de matinée.

Et à Marseille ? Là, de nombreux points de blocage sont prévus : les deux gares de la ville, le vieux-port, l'aéroport Mariganne ainsi que les péages des environs. Les accès au viaduc de Martigues et au tunnel Prado pourraient eux aussi être perturbés. A Montpellier, on appelle environ 1600 personnes à "rouler tranquillement et en profiter pour admirer le paysage", le tout en klaxonnant. Une opération escargot qui ne dit pas son nom entre les jonctions autoroutières de Montpellier Saint-jean-de-Védas et Saint-Aunès/Vendargues, sur la A709. Là encore on appelle à des rassemblements "sans débordement"

Sud-Ouest : plusieurs jours de blocage à Montauban ?

Du côté d'Agen, un blocage du péage est prévu. A Montauban, l'organisateur prévoit un blocage de plusieurs jours et appelle à prendre des ravitaillements. Le rendez-vous est prévu au rond-point de l'autoroute. Près de la côte, vers Biarritz, les appels au blocage concernent la gare de péage à partir de 10 heures du matin. 

Des contre-manifs ?

Au moins un rassemblement de cyclistes souhaite contrer la manifestation des "gilets jaunes". A Saint-Brieuc, dans les Côtes d'Armor, une association de cyclistes bretons se mobilise pour un moment de protestation à vélo. 

Usines et supermarchés fermés, rencontres sportives annulées

Conséquence du blocage des routes par le mouvement des "gilets jaunes", plusieurs supermarchés de France anticipant les perturbations ont annoncé qu'ils n'ouvriraient exceptionnellement pas ce samedi, tandis que des rencontres sportives locales ont été reportées, notamment en Normandie où une centaine de matchs a été déplacée à dimanche ou en décembre pour certains. 

De son côté, la direction de l'usine Toyota d'Onnaing (Nord) a décidé d'annuler la journée de travail prévue ce samedi alors que 1000 personnes étaient normalement mobilisées.

Sur le même sujet

Lire et commenter