Gilets jaunes : 800 radars automatiques vandalisés depuis le début du mouvement

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

RADARS - Au douzième jour de la mobilisation des Gilets jaunes, on recense près de 800 radars automatiques dégradés à travers le pays. Un chiffre qui représente près de 20% du parc français.

Après avoir bloqué routes et péages, c’est désormais les radars que les Gilets jaunes mettent hors-service. Selon les chiffres publiés ce mercredi 27 novembre par le site spécialisé radars-auto, près de 800 de ces détecteurs de vitesse sont désormais dégradés le long des routes françaises, en une dizaine de jours de mobilisation. 

Incendiés, camouflés, peints, sciés, ou simplement recouverts d’un gilet jaune, ils ont été neutralisés les uns après les autres. Ce serait donc désormais environ 20% du parc de radars qui serait hors service. Un "blocage économique" clairement assumé par les Gilets jaunes sur les réseaux sociaux. Sur un groupe Facebook réunissant des protestataires, une internaute a par exemple appelé à les masquer "aux heures de pointes" afin d’impacter "directement les caisses de l'Etat sans gêner les travailleurs". Pour mémoire, la loi de Finances 2019 prévoit que l'Etat percevra 1,24 milliard d'euros des amendes établies à partir des radars automatiques, dont la majeure partie est fléchée vers la sécurité routière et le surplus par rapport à 2016, consacré aux établissements privés et publics.

Passible d’une amende de 3750 euros

Mais ce 'blocage" peut avoir des répercussions. Ainsi, vendredi dernier, trois personnes se revendiquant comme des Gilets jaunes ont été interpellées en banlieue toulousaine en flagrant délit de dégradation d'un radar automatique. Détruire, dégradé ou détérioré un bien d’utilité publique est ainsi passible d’une amende de 3750 euros, assortie d'une peine de travaux d'intérêt général pour des dégradations simples. Par contre, si les circonstances sont plus graves, le coût peut aller entre 30.000 à 75.000 euros. Une peine à laquelle se rajoute les réparations des dommages.

Des dégradations qui devraient également peser lourd sur les comptes des collectivités publiques. Entre les interventions des patrouilles de force de l'ordre pour remettre le radar en service ou celle, plus coûteuse, d'une société de maintenance, la facture pourrait atteindre plusieurs millions d'euros, selon le site radars-auto.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter