Gilets jaunes à Toulouse : une enquête ouverte après la fuite d'une vidéo embarrassante pour la police

Gilets jaunes à Toulouse : une enquête ouverte après la fuite d'une vidéo embarrassante pour la police

POLÉMIQUE - Une vidéo filmée à Toulouse durant laquelle des policiers jugent qu'il faut "tirer", "aligner deux, trois bastos" sur des manifestants a été diffusée sur Twitter. Elle a provoqué l'ouverture d'une enquête ce vendredi.

"Tirer" et "aligner deux, trois bastos" sur des Gilets jaunes. C'est ce qu'ont prôné des policiers lors d'une récente manifestation à Toulouse, si l'on en croit la vidéo diffusée par un syndicat. Des faits jugés graves par la police, qui a ouvert une "enquête administrative".

La vidéo a été publiée sur le compte Twitter du syndicat de policiers VIGI, ultra minoritaire et autrefois affilié à la CGT. On y entend plusieurs policiers réagir à chaud à des images retransmises en direct depuis la place du Capitole à Toulouse, où leurs collègues se font charger par des individus portant des gilets jaunes. "Mais putain, faut tirer, quoi !", lance une voix de femme. "Quand je te dis qu'il faut aligner deux, trois bastos", renchérit un collègue.

Toute l'info sur

La colère des Gilets jaunes

Lire aussi

"L'émoi des personnes visionnant en direct ces images"

Selon la préfecture, la scène des "policiers attaqués" a provoqué "l'émoi des personnes visionnant en direct ces images, se traduisant par des commentaires spontanés". Notamment car Toulouse constitue avec Bordeaux l'un des bastions du mouvement des Gilets jaunes depuis son lancement le 17 novembre. Les manifestations sont en effet régulièrement marquées par des échauffourées entre forces de l'ordre et fauteurs de troubles, et par d'importantes dégradations dans le centre de la Ville rose.

"La DDSP a immédiatement ouvert une enquête administrative pour violation du secret professionnel et recel, afin que toute la lumière soit faite sur ces faits", a ajouté la préfecture. L'enquête a été ouverte par la Direction départementale de la sécurité publique de Haute-Garonne, qui a confirmé une "captation illégale d'images et de sons" au sein du Centre de commandement et d'information de Toulouse le 12 janvier, a indiqué vendredi la Préfecture dans un communiqué.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - Affaire Maëlys : des invités du mariage où Nordahl Lelandais a enlevé la fillette témoignent

EN DIRECT - Covid-19 : encore plus de 6000 cas ce jeudi, le nombre de patients hospitalisés en légère baisse

Prix des carburants : une indemnité "classe moyenne" de 100 euros pour 38 millions de Français

"Indemnité inflation" : à qui va-t-elle s'adresser, quel montant et quand sera-t-elle versée ?

François Hollande réagit sur "l'indemnité inflation" du gouvernement : "C'est un bon mécanisme pour quelques mois"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.