Gilets jaunes : Maxime Nicolle promet un nouveau "très gros acte" le 13 avril à Toulouse

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

MANIFESTATIONS - Maxime Nicolle a annoncé samedi que les Gilets jaunes prévoyaient un "très gros acte" dans les semaines à venir, après la recrudescence des violences qui ont marqué l'acte 18 de la mobilisation sur les Champs-Elysées. Cette figure du mouvement a dévoilé lundi la date et le lieu.

Les mesures annoncées par le gouvernement n'auront pas éteint la détermination de Maxime Nicolle. Dans un direct sur Facebook enregistré ce lundi 18 mars, cette figure influente du mouvement promet un "très gros acte" le 13 avril, à Toulouse.

Il avait déjà annoncé, dès le samedi soir, qu'un gros événement allait à nouveau être organisé. Alors qu'il dressait le bilan de "l'acte 18" des Gilets jaunes, il avait assuré que la situation, déjà tendue, empirera dans les semaines à venir. "Dans à peu près trois-quatre semaines, il y aura sûrement un autre acte, sûrement un très gros acte", avait-il déclaré.

Et Maxime Nicolle assure que rien ne pourra l'arrêter. "Tu peux me foutre les bracelets, me mettre en 'zonz', ça ne changera rien du tout parce que les gens continueront d’être dans la rue."

Lire aussi

La place du Capitole interdite aux manifestations le samedi

Dans son "live" sur Facebook samedi, Maxime Nicolle avait estimé que les violences sur les Champs-Elysées "ne viennent pas de nulle part". Et allait même plus loin : "J'ai été fier de voir que les gens ont arrêté d'être des moutons. Oui, ça amène des destructions et énormément de choses regrettables. La violence et la destruction sont toujours regrettables, mais elles ne viennent pas de nulle part (...) C'est ce que les gens peuvent faire et sont prêts à faire maintenant qu'ils n'ont plus rien à perdre." Pour Maxime Nicolle, "les vies humaines ont moins de valeur qu'un restaurant", faisant référence au casse du très célèbre Fouquet's, où Nicolas Sarkozy avait fêté son élection le 6 mai 2007.

Bastion de la contestation, la place du Capitole, à Toulouse fait partie des lieux où le gouvernement a indiqué lundi que les manifestations seront interdites "dès lors que des éléments ultras seront présents".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter