Appels à la violence contre les forces de l'ordre : la mise en garde de la police nationale

Social
MISE AU POINT - A travers deux publications sur Twitter, la police nationale a mis en garde ce mercredi concernant les appels à la violence contre les forces de l'ordre partagés sur la Toile. Une vidéo mise en ligne par la préfecture de Haute-Loire, incendiée samedi, avait notamment suscité des insultes à l'encontre des policiers et gendarmes.

"Des appels à la violence contre des policiers circulent sur les réseaux sociaux." Dans un premier tweet publié ce mercredi, la police nationale a visé les auteurs de menaces et insultes à l'encontre des force de l’ordre sur la Toile, ajoutant qu'"avec ces mots, ce sont des femmes, des hommes et leurs proches qui sont visés alors que leur engagement pour assurer la paix publique est total." Peu après, une seconde publication publiée sur le réseau social est venue compléter cette alerte avec un rappel de droit. "Ceux qui relaient et diffusent des appels à la haine et à la violence s'exposent à des poursuites pénales", est-il écrit en légende d'une campagne de communication détaillant la peine encoure, à savoir "5 ans d’emprisonnement et 45.000 euros d'amende".

Dans la foulée de ces messages, Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, s'est attardé publiquement sur un exemple consécutif à l'incendie de la préfecture de Haute-Loire, samedi dernier, en marge d'une manifestation des Gilets jaunes au Puy-en-Velay. "Ce que je retiens de déplacement au Puy-en-Velay (d'Emmanuel Macron : ndlr) ce sont des fonctionnaires qui étaient dans une préfecture qu'on a fermée, à laquelle on a mis le feu, et empêché les services d'incendie et de secours d'arriver", a-t-il déclaré lors du point presse hebdomadaire qui succède au Conseil des ministres. Et de poursuivre :  "c'est la vidéo que la préfecture met en ligne d'une dame qui témoigne que des gens qu'elle connaissait lui ont dit 'vous allez griller comme des poulets' et que plutôt que d'avoir des messages d'empathie à l'endroit de ces fonctionnaires, il y avait des messages d'insultes qui ont fait que la vidéo a été retirée pour éviter d’ajouter de l’indécence à l'horreur qu'ont failli connaitre ces fonctionnaires."

Pour rappel, la préfecture du Puy-en-Velay, fief du chef de file des Républicains, Laurent Wauquiez, a été incendiée samedi en soirée par des Gilets jaunes, déçus d'une rencontre avec le préfet de département. "Les Gilets jaunes ont déclenché plusieurs incendies dans la préfecture et dans d’autres locaux administratifs. Ils empêchent les camions de pompiers d’y accéder", a écrit la préfecture dans un communiqué. 

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et les syndicats policiers sont convenus mardi de la nécessité d'adapter la gestion de l'ordre public pour éviter la répétition des violences qui ont accompagné les manifestations des Gilets jaunes samedi dernier à Paris et dans le reste du pays. Christophe Castaner a reçu avec Laurent Nuñez, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, des syndicalistes ulcérés par ces manifestations qui ont exacerbé le malaise des policiers, victimes de nombreuses agressions.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter