Gilets jaunes : après l'allocution de Macron, Jacline Mouraud appelle à "sortir intelligemment du mouvement"

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

TRANSFORMATION - Figure du mouvement des Gilets jaunes, Jacline Mouraud a appelé, ce mardi 11 décembre sur LCI, à "transformer le mouvement en autre chose" après les annonces du président Emmanuel Macron lundi soir. La porte-parole des Gilets jaunes souhaite désormais "avancer dans les négociations".

Jacline Mouraud appelle à "une transformation du mouvement", ce mardi. La veille, en mettant sur la table une série de mesures pour le pouvoir d'achat, Emmanuel Macron a tenté de répondre aux revendications des Gilets jaunes, un mois après le début de la mobilisation. Augmentation de 100 euros du Smic via la prime d'activité, retrait de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois, heures supplémentaires payées "sans impôts ni charges" : le président de la République a fait plusieurs nouveaux gestes en réponse à "l'état d'urgence économique et social".

Au lendemain des annonces du président de la République, les manifestants semblent divisés. Alors que certains regrettent de ne pas avoir été entendu par Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée, d'autres appellent à l'apaisement du mouvement. C'est le cas de Jacline Mouraud, l'une des figures des Gilets jaunes libres, un collectif jugé plus modéré.

Lire aussi

Ce n'est pas la trêve de Noël"- Jacline Mouraud

Invitée de LCI mardi 11 décembre, elle a réclamé une trêve. "On est à l'heure où il faut sortir intelligemment du mouvement. Ça commence en fait. Le mouvement, c'était le constat. Maintenant, les débats commencent. Dans les négociations qu'on peut avoir, la porte est ouverte. Il faut y aller !", assure-t-elle. "On peut justement sorti grandi et proposer autre chose. Ils n'ont pas dit qu'ils étaient fermés à tout le reste."

"Je ne dis pas 'arrêtons le mouvement', ajoute-t-elle. "Ce n'est pas la trêve de Noël mais il faut transformer le mouvement en autre chose. On ne peut pas décemment continuer là, à deux pas de Noël. Il y a plein de commerçants qui  vont mettre la clé sous la porte. Je ne veux pas me rendre responsable de dépôts de bilan. Il faut transformer le mouvement et avancer dans les négociations."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter