Gilets jaunes : "L'idée était de nous faire le plus de mal possible", décrit Jessy Castane, représentant syndical des CRS

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

TÉMOIGNAGE - Samedi 1er décembre, Paris a été en proie à de violents affrontements entre manifestants et CRS. Présent sur les lieux, le CRS Jessy Castane, également délégué UNSA, a fait le récit de cette dure journée.

Samedi 1er décembre à Paris, lors de l'acte 3 de la mobilisation des Gilets jaunes, de nombreux heurts ont éclaté entre manifestants violents et forces de l'ordre. Dans les heures qui ont suivi ces affrontements, les représentants des forces de l'ordre mobilisées pour l'occasion ont dénoncé le manque de soutien du gouvernement et le manque de moyens mis à disposition pour encadrer la manifestation. Sur LCI, le CRS et délégué UNSA Jessy Castane a raconté son 1er décembre sur place.

"On a reçu des pavés, des tirs de mortiers, des bombes agricoles, on a également reçu du mobilier urbain. Il faut savoir qu’ils sont très organisés, ils ont des disqueuses sur eux de façon à scier les têtes des grilles à hauteur de la place de l’Etoile, à savoir des flèches avec un bout assez pointu. Ce sont des projectiles que nous avons reçu", a-t-il déclaré. "L’idée n’était pas de nous blesser légèrement, c’était de nous faire le plus de mal possible, voire de nous tuer."

Lire aussi

23 blessés parmi les forces de l'ordre

Alors que les blocages se poursuivent dans toute la France ce lundi, près de 133 personnes ont été blessées lors des heurts du samedi 1er décembre à Paris, dont 23 parmi les forces de l'ordre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter