Gilets jaunes : à quoi s'attendre ce samedi pour "l'acte 29" ?

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

"ACTE 29" - Après plusieurs semaines de mobilisation en baisse, les Gilets jaunes ont lancé des appels à manifester dans de nombreuses villes pour ce 1er juin, mais les événements sont très peu relayés sur les réseaux sociaux. Des préfectures ont néanmoins déposé des arrêtés d'interdiction de manifestations par mesure de précaution.

Sur les réseaux sociaux, des événements appellent au rassemblement mais les "intéressés" sont moins nombreux que ces dernières semaines. Alors que la mobilisation des Gilets jaunes a subi un coup d'arrêt lors des précédentes manifestation, "l'acte 29", première journée de mobilisation depuis les élections européennes où aucune des deux listes issues du mouvement n'a rassemblé suffisamment de voix pour obtenir des sièges à Bruxelles, se profile ce samedi, avec notamment des manifestations à Paris. Par mesure de précaution, plusieurs secteurs de la capitale ont d'ailleurs été interdits par la préfecture de police. Mais des actions sont également prévues en région. On fait le point. 

Une "marée jaune" à Épinal ?

Sur Facebook, on compte des événements sur "l'acte 29" dans de nombreuses villes de France comme Bordeaux, Caen, Dunkerque, Lille, Marseille, Melun, Montpellier, Pau ou Rouen. A Épinal, dans les Vosges, bastion de Gilets jaunes depuis plusieurs week-ends, les manifestants ont fait un appel à une "marée jaune". Un parcours a été déclaré auprès de la préfecture, les Gilets jaunes se sont donné rendez-vous à 13h30 devant la gare d’Épinal. Plusieurs rues du centre sont  interdites à la manifestation pour éviter que le cortège se déploie dans toute la ville.

A Paris, deux parcours ont été déclaré. La première manifestation, partagée par la figure du mouvement Priscillia Ludosky, mentionne un départ à 11h de place Denfert-Rochereau et une dispersion à 18h place de la Nation. D'après nos informations, les manifestants comptent déployer une banderole de 36 mètres, sur laquelle sera inscrit des messages à l'intention d'Emmanuel Macron. La seconde, publiée sur l'événement "Justice ! Rends nous la clé des Champs", prévoit un départ de cortège de place Dauphine à 10h30 et une dispersion au métro Villiers à 19h. Le groupe Facebook affilié à l'événement, "Gilets Jaunes DECLA TA MANIF", a expliqué que sa première demande de manifestation sur les Champs-Élysées avait été refusée, et que les administrateurs comptait attaquer en justice les arrêtés du préfet concernant l'interdiction de rassemblement sur la célèbre avenue. Dans sa dernière publication, le groupe dit être en attente de la réponse. "Nous avons encore un espoir que le Tribunal administratif annule les arrêtés d'interdiction. Hauts les cœurs, on ne lâche rien", écrivent-ils.

À Lyon ou Paris, des secteurs interdits

A Lyon, la préfecture a mis en place un périmètre d'interdiction de rassemblements pour l'hypercentre, tout l'après-midi. A Dijon ou encore au Puy-en-Velay, des arrêtés interdisent également les manifestations dans les centre-villes. Par ailleurs, le préfet de l’Aisne a pris un arrêté d’interdiction de manifestation sur plusieurs ronds-points du département. A Paris, des interdictions de rassemblement visent comme les samedi précédents les Champs-Elysées, les alentours de Notre-Dame et les abords de l'Assemblée nationale. La circulation sera de ce fait restreinte ou interdite dans ces zones, et les stations de métro attenantes seront fermées.

L'arrivée des "Dimanches jaunes" ?

Un événement "Dimanche Jaune" a été créé sur Facebook, appelant à une manifestation dimanche 2 juin dans Paris. Dans la description de l'événement, les administrateurs justifient leur démarche : "Il faut manifester le samedi, mais aussi le dimanche afin d'intensifier la contestation ! (...) Avec des manif' le samedi et le dimanche, c'est la victoire assurée, car on aura beaucoup plus de monde sur tout le week-end, avec tous les gens qui travaillent le samedi !" affirment-ils. "Même si on est pas très nombreux les premiers dimanches, c'est pas grave car le but est aussi de fatiguer les forces de l'ordre. S'ils bossent le samedi + le dimanche, ils vont demander des comptes au gouvernement !". Pour l'instant, un peu moins de 500 personnes disent participer à l'événement.


Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, samedi dernier pour l'acte 28, les manifestants étaient 12.500 en France, soit la plus faible participation depuis mi-novembre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter