Tourisme, commerce... Quel a été l'impact du mouvement des Gilets jaunes ?

Tourisme, commerce... Quel a été l'impact du mouvement des Gilets jaunes ?

Social
BILAN - Manifestations monstres, occupations de dépôts, commerces vandalisés... Pour certains économistes, le mouvement des Gilets jaunes impacte sérieusement l'activité économique française. En réalité, les conséquences sont très variables selon les secteurs.

La question revient régulièrement depuis le début du mouvement des Gilets jaunes : quel est l'impact sur l'économie française ? Dans sa dernière note de conjoncture, l'Insee a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour 2018. La croissance du PIB devrait être de 1,5% sur l'année, quand l'organisme public misait plutôt sur 1,6%. Les économistes de l'institut mettent en avant plusieurs secteurs d'activités particulièrement touchés : le commerce, bien entendu, l'hébergement, la restauration ou encore les transports. Qu'en est-il réellement ? Deux nouveaux rapports sur l'industrie du tourisme et celui du jouet, publiés ce jeudi, apportent un éclairage supplémentaire.

Tourisme : la catastrophe annoncée n'a pas eu lieu

Un comité de pilotage du tourisme s'est tenu ce 17 janvier. Il s'agit d'une réunion, organisée tous les six mois, entre les acteurs du secteur (hôtellerie, restauration, tour-opérateurs, etc.) et des élus de collectivités territoriales. Et leur bilan pour l'année 2018 est plutôt bon. 


"On va vers une nouvelle année record, en dépit des événements de décembre liés aux Gilets jaunes et à l'attentat de Strasbourg. La France reste attractive", a résumé le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne. Le nombre de visiteurs internationaux devrait avoisiner les 90 millions, soit 3 millions de plus qu'en 2017. La France conserve donc son titre de première destination touristique mondiale.


Le mouvement bien touché le secteur, mais seulement à la marge. Les marchés européens, qui représentent près de 80% de la fréquentation internationale en France "ont connu des baisses de fréquentation très modérées ; les principales annulations sont à déplorer sur les marchés long courrier, asiatiques en particulier, qui marquent toujours une sensibilité accrue au risque sécuritaire", indique le secrétaire d'état chargé du tourisme au quai d'Orsay.


La semaine dernière, Atout France, l'agence de promotion du tourisme hexagonal à l'étranger, avait fait état d'une baisse comprise entre 5% et 10% des arrivées aériennes internationales à Paris en décembre, les images des violentes manifestations de Gilets jaunes ayant clairement refroidi les touristes. Mais la majeure partie des tour-opérateurs se montrent confiants pour les prochains mois. Ainsi si, en ce début d'année, "les arrivées aériennes internationales réservées sont en recul de 5%", elles "repartent à la hausse à partir du mois de mars", tient à souligner le quai d'Orsay.


Dans le secteur de l'hébergement et de la restauration, l'évolution est moins réjouissante. L'activité a baissé de 13% en décembre par rapport à la même période en 2017.

Le marché du jouet particulièrement perturbé

Ce jeudi sortait également le bilan de référence du cabinet d'études NPD sur le marché du jouet, et les nouvelles y sont peu engageantes. Son chiffre d'affaires - 3,4 milliards d'euros cette année - a reculé de 5% par rapport à 2017.  Le repli est particulièrement important sur le dernier trimestre (-7%), qui représente traditionnellement plus de la moitié des ventes annuelles du secteur.


Le mouvement des Gilets jaunes y est-il pour quelque chose ? Oui, répond Michel Moggio, le directeur général de la Fédération française des industries jouet/puériculture (FJP). "Une centaine de millions d'euros ont ainsi 'disparu' du fait des blocages", qui n'ont été que "partiellement reportés" sur internet, selon lui. Le manque à gagner aurait pesé pour environ 2% sur le recul du marché.

Si l'impact du mouvement est certain, il n'explique donc pas tout. Le secteur avait déjà mal démarré l'année, avec le placement en redressement judiciaire de Toys'R'Us, puis de La Grande Récré, contraints de fermer des magasins déficitaires avant de trouver des repreneurs à l'automne. Autre explication : le recul des naissances, tout simplement (en baisse de 1,5%). 


Frédérique Tutt, experte du secteur chez NPD, y voit également une "cannibalisation" des achats par les jeux vidéo, la console Nintendo Switch ayant été vendue à plus de 2 millions d'exemplaires depuis son lancement.

Des impacts très divers

Pour ce qui est des autres secteurs, l'hébergement-restauration et le textile continuent de pâtir des mouvements sociaux. Mais si beaucoup d''entreprises ont été et/ou sont touchées, elles le sont dans des proportions très différentes.


En décembre dernier, la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Agnès Pannier-Runacher soulignait par exemple que certaines entreprises, dont les centres commerciaux, ont été massivement impactées "avec des cas, par exemple, de dépôts bloqués pendant cinq semaines consécutives." "Un phénomène de rattrapage lié aux fêtes de fin d'année" a cependant été observé, a-t-elle assuré. "La période de Noël a été positive." 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter