Gilets jaunes : un homme gravement blessé à Bourges placé en coma artificiel

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

MANIFESTATIONS - L'IGPN a été saisie et une enquête est en cours pour comprendre dans quelles circonstances un Gilet jaune a été gravement blessé à la tête lors de la manifestation du samedi 12 janvier, à Bruges. Placé dans le coma artificiel, ses jours ne sont toutefois pas en danger.

Lors des manifestations du samedi 12 janvier à Bourges, un homme a été gravement blessé à la tête. Selon des sources policières, il s'est présenté  à l’hôpital peu après dans la même journée, avant de perdre progressivement l'usage de la parole. Placé dans le coma artificiel depuis, l'homme de 36 ans a été transféré à Tours. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de sa blessure.

L'IGPN saisie, l'enquête est en cours

Ses jours ne seraient pas en danger malgré la gravité de sa blessure. Alerté par les services publics, le procureur de la République de Bourges, Joël Guarrigue, a saisi l'IGPN afin de faire le jour sur le déroulé de la manifestation des Gilets jaunes ce jour-là. Depuis, les policiers tentent de rassembler des témoignages et visionnent tous les films pris par les caméras de vidéosurveillance lors de cette manifestation.

Lire aussi

Pour ce que l'on sait : l'accès au centre-ville avait été interdit, mais au cours de la manifestation environ 600 Gilets jaunes ont quitté le cortège officiel et sont entrés dans le centre-ville. Des jets de projectiles contre les forces de l'ordre ont été repoussés par l'usage de grenades lacrymogènes, de tirs de LBD et de canon à eau. Cela s'est principalement déroulé sur la place où les Gilets jaunes avaient été autorisés à manifester, et où ils ont tenté de dresser des barricades. Selon un bilan donné par la préfecture les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont fait 11 blessés, dont deux CRS, ce samedi 12 janvier.

A Bordeaux, une affaire similaire s'est produite le même samedi : un homme, pompier volontaire, a été plongé dans le coma artificiel suite à ses blessures à la tête. L'IGPN a également été saisie sur cette affaire, suite à plusieurs vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrant des policiers lui tirer dessus alors qu'il s'éloignait du cortège.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter