VIDÉO - Marseille, Bordeaux, Le Puy-en-Velay... Nombreux incidents en marge des manifestations des Gilets jaunes

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

MANIFESTATIONS - Au moins 75.000 Gilets jaunes ont manifesté dans toute la France ce samedi 1er décembre, selon les autorités. Si à Paris, la mobilisation s’est traduite par des scènes d’émeutes d’une rare violence, des incidents ont également éclaté dans le reste du territoire, de Marseille à Charleville-Mézières.

Paris brûle... et la province s’échauffe également. Selon le ministère de l’Intérieur, 75.000 manifestants étaient recensés dans toute la France à 17 heures, en baisse par rapport à la semaine précédente. Alors que les images d’affrontements et de voitures incendiées se multiplient dans plusieurs quartiers de la capitale en marge de la mobilisation des Gilets jaunes, samedi 1er décembre, des incidents ont également éclaté dans de nombreuses villes de province. 

Marseille

Des incidents ont éclaté sur le Vieux-Port, où les sapins ont notamment été incendiés. Des affrontements sont survenus avec les forces de l'ordre qui ont procédé à des tirs de gaz lacrymogène. Vingt et une personnes ont été interpellées, a indiqué la préfecture de police vers 21 heures, notamment pour les pillages d'une boutique de téléphonie et d'une bijouterie ainsi que pour l'incendie d'un véhicule de police sur la Canebière. Des palissades de chantiers et des poubelles ont également été brûlées. A la gare Saint-Charles, la Fnac a été vandalisée et les décorations de Noël arrachées par "des casseurs qui n'avaient pas de gilets jaunes", a indiqué une porte-parole de la SNCF à l'AFP.

Le Puy-en-Velay

La préfecture de Haute-Loire, au Puy-en-Velay, a été incendiée lors d'un rassemblement de Gilets jaunes qui a dégénéré. Le feu était "circonscrit" samedi soir, a-t-on appris des services de la préfecture. Des personnes ont "lancé des projectiles enflammés de type cocktail Molotov" qui ont déclenché des feux dans la préfecture et dans d'autres locaux administratifs voisins, a précisé une porte-parole de la préfecture.

Voir aussi

En vidéo

Gilets jaunes : la préfecture incendiée au Puy-en-Velay

Toulouse

Plusieurs centaines de personnes se sont regroupées dès le milieu de journée, les forces de l'ordre faisant rapidement usage de gaz lacrymogènes, en particulier quand les manifestants ont tenté de prendre la direction de la gare SNCF. Repoussés sur le grand boulevard qui enserre le centre historique de la Ville rose, des groupes de manifestants, certains équipés de casques, masques et lunettes de plongée, ont alors érigé des barrages avec quelques barrières, des morceaux de bois et des cartons auxquels ils ont mis le feu. Des vitrines de commerce et du mobilier urbain ont aussi été détériorés. "Six personnes dont deux policiers ont été légèrement blessées" lors d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre.

Bordeaux

Sept personnes ont été blessées, l'une d'elles grièvement à la main, dans des heurts qui ont opposé samedi après-midi quelques centaines de personnes aux forces de l'ordre à l'issue des manifestations des Gilets jaunes et des syndicats. Les accrochages, sporadiques mais étalés sur près de quatre heures, sont intervenus peu après 16 heures, alors qu'une partie des manifestants - plus de 3.000 personnes au total, entre Gilets jaunes et syndicats - a tenté de s'approcher de l'Hôtel de Ville, dont le périmètre était bouclé par des cordons de CRS. La préfecture n'a toutefois pas fait mention d'interpellations.

Albi

La préfecture du Tarn a été la cible "de projectiles inflammables", l'intervention des forces de l'ordre qui ont donné lieu à des échauffourées. "Il n'y a pas eu d'incendie, ni d'intrusion" de manifestants sur le site, a précisé la préfecture selon laquelle quelque 2.300 personnes étaient présentes "au plus fort" de la manifestation.

Dijon

Alors que les manifestations ont réuni plusieurs centaines de personnes, des incendies et des affrontements avec les forces de l’ordre sont survenues dans l’après-midi. Ici aussi, les sapins de Noël ont servi à alimenter les feux allumés par des manifestants, tandis que des casseurs s’en prenaient à des panneaux publicitaires. La municipalité a décidé de reporter l’inauguration des illuminations de Noël, prévue à 18 heures.

Lire aussi

Strasbourg

La manifestation a débuté avec 500 personnes rassemblées en milieu de matinée devant le Palais des droits de l'Homme, dans le nord de la ville. Vers midi, de brèves échauffourées ont eu lieu lorsque quelques Gilets jaunes ont tenté de quitter le trajet prévu de la manifestation pour partir en direction du marché de Noël, dont les accès sont très sécurisés. Ils ont été refoulés par les forces de l'ordre et des gaz lacrymogènes et matraques ont été utilisés pendant quelques minutes, a constaté un photographe de l'AFP. Une centaine s'entre eux sont parvenus à investir le marché de Noël, scandant notamment  "Macron démission !" ou "Macron t'es foutu, les gilets sont dans la rue". Deux personnes ont été interpellées, a indiqué la préfecture du Bas-Rhin.

Pau

La situation s’est également tendue dans le fief de François Bayrou. Un portrait d’Emmanuel Macron a notamment été brûlé par des Gilets jaunes devant la mairie.

Nantes

Une cinquantaine de Gilets jaunes ont fait irruption à deux reprises samedi matin sur le tarmac de l'aéroport de Nantes Atlantique.

Lire aussi

Saint-Etienne

La manifestation a dégénéré en fin d’après-midi, une centaine de manifestants affrontant les forces de l’ordre en marge du cortège. Des poubelles ont été incendiées, des vitrines brisées et certaines boutiques ont été dévalisées au centre commercial Centre II.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter