Gilets jaunes : l'homme frappé à Limay toujours entre la vie et la mort

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

ENQUETE - Un homme a été frappé à plusieurs reprises dans la nuit de lundi à mardi sur un rond-pond de Limay (Yvelines) où s'étaient rassemblés des Gilets jaunes. Hospitalisé, il se trouve ce mercredi entre la vie la mort. L'auteur des coups est toujours recherché.

Deux jours après le drame, son pronostic vital est toujours engagé. Dans la nuit de lundi à mardi, sur un rond-point de Limay dans les Yvelines, un homme a été violemment frappé  pour des raisons qui restent floues. Ce "Gilet jaune" se trouvait avec d'autres manifestants sur le rond-point quand le drame a eu lieu. Plusieurs personnes seraient impliquées dans l'agression. Une personne a porté des coups.  

"L'auteur des coups est toujours recherché. Les auditions se poursuivent et les enquêteurs cherchent un maximum de témoins. Malheureusement, beaucoup de Gilets jaunes refusent de parler ou ne sont pas très prolixes", indique une source proche du dossier à notre rédaction. 

Sur fond d'alcool?

"L’enquête s’oriente plutôt vers une bagarre sur fond d’alcool avec une mauvaise chute consécutive à un coup", confie au Parisien une source proche de ce dossier géré par les enquêteurs du commissariat de Mantes-la-Jolie. Un Gilet jaune confie par ailleurs à nos confrères : "Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’un Gilet jaune a été agressé par des gens qui n’en sont pas. C’est tout", coupe ce mardi matin l’un de ses camarades qui refuse d’en dire plus. Les lieux du drame ont été gelés par la police qui est venue effectuer des constatations sur place". 

Une journaliste frappée

Mardi après-midi, une journaliste reporter d'images de France 3 Paris Ile-de-France partie en reportage sur le rond-point où s'est produit le drame a été "frappée à la tempe" alors qu’elle tournait une séquence.

"Alors qu’elle filmait, la journaliste reporter d'images a été lâchement frappée à la tempe avec une +queue de billard+, d'après ce qu'elle a pu constater après coup. Elle est actuellement aux urgences afin d’être examinée par un médecin", indique la chaîne.

La direction de France 3 Paris-Ile-de-France "lui apporte son soutien" ainsi qu'à toutes les équipes de reportage "qui exercent leur métier dans un contexte particulièrement tendu". "La sécurité de nos journalistes, de nos salariés en général, est évidemment notre priorité absolue. Nous revendiquons le droit d'exercer librement notre métier dans le respect et la sécurité", ajoute la direction régionale.

Le rond-point lui a été évacué de ses occupants mardi après-midi par les forces de l'ordre. 

Lire et commenter