Grève dans les incinérateurs de déchets franciliens : que deviennent désormais nos ordures ?

Grève dans les incinérateurs de déchets franciliens : que deviennent désormais nos ordures ?
Social

Toute L'info sur

Le 20h

ENJEUX ÉCOLOGIQUES - Depuis le 23 janvier, la CGT Énergie bloque trois des plus grands incinérateurs d'Île-de-France. La gestion des déchets s'avère difficile avec les conséquences que cela implique, notamment sur l'environnement.

Depuis une semaine, les trois sites d'incinération d'Île-de-France sont en grève contre la réforme des retraites. Il devient de plus en plus compliqué de gérer les déchets à Ivry-sur-Seine dans le Val-de-Marne, d'Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine et Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis. En temps normal, ils brûlent 6 000 tonnes de déchets. Désormais, tout est acheminé à plus de 50 km de la capitale, mais ce n'est qu'une solution d'urgence qui coûte 400 000 euros par jour. Une alternative qui ne peut plus durer pour les responsables.

"Plus les jours passent, plus il est difficile de gérer les déchets, plaide Julien Lambert, syndicaliste à la CGT Energie Mine. Sur la propreté de Paris, les camions rentrent pleins au garage car ils ne trouvent pas de lieux où vider les déchets." 

Lire aussi

C'est à Claye-Souilly que sont transportés les déchets, dans une décharge. Là-bas, les ordures sont enterrées dans des bacs étanches. Mais pour parvenir à cette solution d'urgence, il a fallu débourser la somme de 400 000 euros par jour. Pour les responsables des agences de déchets, il faut trouver une solution d'urgence. Pendant ce temps-là, les 70 grévistes ont voté la poursuite du mouvement jusqu'à lundi prochain.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent