Grève : la CGT appelle à "un blocage total" de toutes les raffineries du 7 au 10 janvier

Grève : la CGT appelle à "un blocage total" de toutes les raffineries du 7 au 10 janvier
Social

Toute L'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

SOCIAL - La CGT a annoncé ce lundi son intention de bloquer les huit raffineries de France métropolitaine du 7 au 10 janvier. Le syndicat espère ainsi peser dans les négociations qui doivent reprendre entre le gouvernement et les partenaires sociaux.

Vers une pénurie d'essence ? La CGT appelle ce lundi soir à un blocage de toutes les raffineries de France, du 7 au 10 janvier. L'objectif : peser dans les négociations avec le gouvernement concernant la future réforme des retraites.

"On appelle à un grand temps fort dans toutes les raffineries de France, du 7 au 10 janvier, pour faire en sorte qu'aucun produit ne sorte pendant 96 heures", a déclaré ce lundi sur Franceinfo Thierry Defresne, le délégué central de la CGT chez Total. Avant de mettre en garde : "Ce sera un blocage total. A l'issue de ces 96 heures de grève on se posera la question de savoir si l'on passe à l'étape de l'arrêt des installations." Un appel que le syndicaliste a ensuite réitéré auprès de LCI.

Lire aussi

Déjà des perturbations dans les raffineries

Avec ce nouveau "grand temps fort", la CGT de chez Total espère relancer le conflit social, débuté le 5 décembre dernier. Les dates retenues par le syndicat ne sont pas un hasard : le gouvernement doit rencontrer à nouveau les partenaires sociaux du 7 au 10 janvier. Une nouvelle journée de mobilisation est également prévue le 9 janvier. 

Depuis près d'un mois, plusieurs blocages ont été observés parmi les huit raffineries que compte la France métropolitaine. Certaines d'entre elles en subissent déjà depuis plusieurs semaines, à l'image de celle de Grandpuits, en Seine-et-Marne, où vient d'être votée la reconduction de la grève jusqu'au 6 janvier.

Malgré ces mobilisations, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait assuré jeudi qu'il n'y avait "pas de risque de pénurie" de carburant en France. Et le gouvernement a remis en garde vendredi contre les "pleins de précaution" effectués par certains conducteurs, jugeant qu'ils "ne sont d'aucune utilité" et "peuvent en revanche contribuer à créer des points de tension rencontrés sur certaines stations-service".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent