Grève : trois fois plus d'arrêts maladie à la RATP, un chiffre qui fait polémique

Grève : trois fois plus d'arrêts maladie à la RATP, un chiffre qui fait polémique
Social

Toute L'info sur

Les grèves contre la réforme des retraites d'Emmanuel Macron

BOOM - En plein mouvement social contre la réforme des retraites, le nombre d'arrêts maladie à la RATP a été multiplié par deux, parfois trois, par rapport à la première quinzaine de décembre 2018. La direction de la régie des transports parisiens a intensifié ses contrôles pour s'assurer de la véracité de ces actes.

La RATP est frappée par une vague d'arrêts maladie. Depuis le 5 décembre et le début de la grève contre la réforme des retraites, le nombre d'agents malades a flambé. Ainsi, Le Parisien rapporte que les arrêts maladie chez les 3000 conducteurs qui circulent sur les 16 lignes du métro parisien se sont envolés, "parfois, de plus de 300%" entre la première quinzaine de décembre 2018 et celle de 2019. Un phénomène qui s'est accentué lors de la deuxième semaine de grève. Entre les 16 et 19 décembre, ils ont été multipliés par quatre (137 en moyenne par jour, entre les 17 et 20 décembre 2018) pour atteindre 578 arrêts maladie en moyenne par jour. Le jeudi 19 décembre, soit le 15e jour de grève, un pic de 646 arrêts maladie a été relevé.

Le quotidien précise, par ailleurs, que les salariés du métro parisien ne sont pas les seuls à s'être faits porter pâles. Outre les chauffeurs de bus (+170% la première semaine, +200% la deuxième), la hausse la plus conséquente du nombre d'agents malades a été notifiée chez les 850 conducteurs de RER avec un bond de plus de 300% entre décembre 2018 et décembre 2019. La direction de la RATP, interrogée par Le Parisien, a confirmé les chiffres, sans pour autant vouloir les commenter. 

Lire aussi

C'est quoi cette chasse aux sorcières ?- Un syndicaliste, interrogé par Le Parisien

Que se cache donc derrière cette envolée du nombre d'arrêts maladie ? D'après le journal, afin de s'assurer qu'il ne s'agit pas d'un levier pour les grévistes qui leur éviterait de perdre de l'argent, la direction de la régie des transports parisiens a décidé de procéder à des vérifications. Cela se traduit par une intensification des contrôles des agents déclarés malades. "Le gouvernement et la direction sont prêts à tout pour décrédibiliser le mouvement. Les arrêts maladies, ce sont des médecins qui les délivrent, pas les agents de la RATP", dénonce un syndicaliste. "C'est quoi cette chasse aux sorcières ? Les agents de la RATP n'ont plus le droit d'être malades ? La direction ferait mieux de s'interroger sur les raisons de ces arrêts maladie."

En vidéo

Cruard Reporter : Le boom des arrêts maladie

Selon les informations du Parisien, 90 indemnités ont été suspendues sur 380 contrôles menés de bout en bout, soit plus de 75% des arrêts validés. Selon une source, contactée par le quotidien, cette vague d'arrêts maladie s'expliquerait par le contexte du mouvement social en cours. "Les passagers mécontents, la pression des grévistes sur les non grévistes et la difficulté à exercer son métier dans un trafic routier dense peuvent conduire ces salariés dans une détresse psychologique très importante", assure-t-elle. 

Interrogé par LCI, Fabien Villedieu, délégué syndical à Sud-Rail, a fait part de son mécontentement face à cette information, estimant qu'elle sous-entendait le fait que les arrêts maladie en question seraient de complaisance : "C'est une pratique régulière de discréditer les mouvements sociaux en faisant monter ce genre d'histoires. Cette opération est un peu fatigante. On ne côtoie pas les collègues qui travaillent, donc ceux qui pourraient être en arrêt maladie. La seule chose que je suppose, c'est qu'en temps de grève, ça rend difficile les conditions de travail pour les non-grévistes, mais encore une fois, je n'en sais rien".

Le 16 décembre dernier, sur LCI, des médecins constataient une hausse des arrêts maladie, du fait de la perturbation dans les transports. Dans un cabinet de médecin généraliste à Saint-Denis, sur 40 patients, une dizaine viennent pour demander un arrêt de travail pour raison d'épuisement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent