Groupe par groupe, que veulent faire les Gilets jaunes samedi ?

Social
ACTE 5 - Malgré les recommandations du gouvernement à être "raisonnables", certains Gilets jaunes comptent tout de même continuer la mobilisation ce samedi à travers la France. Lors d'une conférence de presse donnée ce jeudi, les "communicants" du mouvement ont expliqué vouloir désormais "rendre au peuple son rôle souverain".

"Ce n’est pas une demande de notre part, mais l’ensemble de la population souhaite continuer le mouvement." Ce jeudi 13 décembre, une délégation de Gilets jaunes a pris la parole lors d'un point presse organisé devant la salle du jeu de Paume à Versailles, haut lieux de la Révolution de 1789.  Parmi eux, Maxime Nicolle, alias Fly Rider, figure emblématique du mouvement, a expliqué que, s’il n’appelait pas directement à manifester à Paris, l’acte 5 aura bien lieu car ils sont "plus mobilisés que jamais".


Car à ce stade, le gouvernement n'a "pas décidé d'interdire les manifestations" prévues ce week-end. Benjamin Griveaux a cependant demandé sur CNews d’être "raisonnable" notamment après l'attaque meurtrière à Strasbourg. 

Des milliers "d'inscrits" sur Facebook

Pour Priscillia Ludosky, l'instigatrice de la pétition contre le prix du carburant, également présente à Versailles, le mouvement doit perdurer pour "rendre au peuple son rôle souverain", notamment en mettant en place le Référendum d'Initiative Citoyenne (RIC). Une initiative partagée par Eric Drouet, qui a créé le cinquième épisode sur Facebook. Intitulé, "Acte 5 Gilets Jaunes A Paris, Préparons Noël !", il aura donc lieu à la capitale alors même que ce porte-parole préconisait la semaine dernière de se rendre sur le périphérique. Mais pour la première fois, le lieu exact reste inconnu car il devrait être précisé "au dernier  moment", samedi matin avant 9h30. Une stratégie pour ne pas être "encerclés" reprise du côté des créateurs de "Acte V le peuple contre-attaque". Ce dernier, qui menace la cpitale d'un "assaut final" réunit d'ores et déjà 4.000 participants, contre 3.6000 pour le premier.


Mais c’est l’événement prévu ce samedi sur les Champs-Elysées qui regroupe le plus de participants. Nommé encore une fois "Macron Démission", il contient une quarantaine de revendications allant du fameux RIC à "zéro SDF" en passant par la hausse des allocations aux handicapés et la limitation du prix des loyers. Celui-ci compte désormais 10.000 participants et 66.000 intéressés.

Outre la capitale, les blocages à travers la France devraient continuer selon un certain nombre d'événements crées, comme à Saint-Etienne, où le maire LR Gael Perdrieau a pourtant demandé de "ne pas manifester samedi". Car selon lui : "Le message des gilets jaunes devient inaudible" à cause des "pilleurs et des casseurs".


De plus, samedi toujours, certains contestataires devraient arborer un brassard noir en plus du vêtement fluo. Une idée largement partagée sur les réseaux sociaux afin de montrer leur "respect pour les victimes de Strasbourg et les Gilets Jaunes morts pour nous".

Dispositif de sécurité conséquent

En revanche, du côté des "Gilets jaunes libres", le temps est désormais à l'apaisement. Jacline Mouraud, figure largement discréditée sur la majorité des groupes Facebook, a ainsi estimé que le mouvement devait quitter les ronds points afin "d'agir autrement". Sur BFM TV, Benjamin Cauchy a ajouté que "le temps du dialogue (était) venu".


Comme le 8 décembre, le dispositif de sécurité mis en place ce samedi sera conséquent : 8000 forces de l'ordre ainsi que 14 blindés de la gendarmerie seront ainsi mobilisés. L'idée, selon le préfet de Paris, Michel Delpuech, est "de se préparer à la situation qui pourrait être la pire". Des contrôles seront ainsi menés "dès ce soir (vendredi), pour détecter celles et ceux qui viennent à Paris pour en découdre en portant sur eux des armes par destination".  

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter