Hausse du prix des carburants : la pétition dépasse les 750.000 signatures, l'appel aux blocages s'amplifie

Social
EN COLÈRE - La journée du 17 novembre pourrait être compliquée sur les routes. Plusieurs collectifs, qui réclament une baisse des tarifs sur les carburants, vont organiser des opérations escargot dans plusieurs villes de France. Une pétition a déjà rassemblé plus de 750.000 signatures. Les détracteurs du mouvement, eux aussi, se mobilisent derrière le hashtag #SansMoiLe17.

De plus en plus d’automobilistes sont en colère contre la hausse des tarifs de carburants, qui flambent depuis quelques mois. Entre l’augmentation du prix du baril et  la hausse des taxes, en particulier sur le diesel, les prix à la pompe rognent le pouvoir d’achat de nombreux ménages.


Face à cette situation, plusieurs collectifs ont décidé de passer à l’offensive. Sur les réseaux sociaux, des groupes appellent à une journée de mobilisation dans une soixantaine de villes en France le 17 novembre. A Paris, les automobilistes en colère comptent par exemple mener une opération escargot. A Lyon, les manifestants souhaitent bloquer les entrées de la ville. A Fréjus et Nice, ce sont des opérations barrières ouvertes qui devraient être organisées sur l'A8. Des mouvements sont également attendus à Rennes, Bordeaux ou encore Caen.

"Le gouvernement n'a pas d'autre choix que d'écouter"

Parallèlement, une pétition lancée sur le site Change.org par une automobiliste en colère, Priscilla Ludosky, rencontre un vif succès. Ce lundi matin, plus de 750.000 personnes avaient déjà signé ce texte qui réclame la baisse des prix à la pompe.

Cette habitante de Savigny-Le-Temple, en Seine-et-Marne, a adressé cette lettre de protestation - mise en ligne fin mai - au ministère de la Transition écologique et solidaire. La jeune femme de 32 ans affirme avoir vu "(s)on plein passer de 45 à 70 euros" en un an. "Lorsqu'on est amené à faire de longues distances, surtout les personnes qui vivent en banlieues ou en zones rurales, le véhicule est indispensable pour aller travailler ou chercher les enfants. Ça devient lourd. Par semaine un budget 70 euros, c'est énorme", nous indique Priscilla Ludosky, dont les revendications sont on ne peut plus claires. "Les trois choses principales, c'est de savoir à quoi servent les taxes qui sont récoltées, les revoir à la baisse de manière significative et enfin qu'on facilite l'acquisition pour les ménages de véhicules plus propres", explique l'automobiliste.


Ce vendredi sur LCI, la jeune femme a estimé que le gouvernement n'avait désormais "pas d'autre choix que d'écouter" la grogne. "Ils sont nos employés, nous sommes leurs employeurs", a souligné Priscilla Ludosky. 

En vidéo

"Le gouvernement n'a pas d'autres choix que d'écouter", juge Priscilla Ludosky

Quand les politiques s'en mêlent

Le mouvement citoyen est soutenu par plusieurs personnalités politiques, Nicolas Dupont Aignan et Marine Le Pen en tête. "Il faut bloquer toute la France le 17 novembre, il faut que la population française dise à ce gouvernement: 'maintenant ça suffit'", a déclaré sur RMC le président de Debout la France, en soulignant que c'est un "samedi parce qu'il ne faut pas paralyser les gens qui travaillent". Avec cette mobilisation contre ce "scandale absolu", M. Dupont-Aignan s'est dit "convaincu qu'on peut changer l'histoire" et obtenir l'annulation de l'augmentation des taxes sur les carburants. Il a également demandé "à tous les Français de renvoyer leurs tickets d'essence à l'Élysée", comme le propose l'association 40 millions d'automobilistes.


"L'ensemble de nos élus et délégués départementaux, de nos fédérations, rejoindront la contestation qui est en train d'émerger", a indiqué de son côté Marine Le Pen la présidente du Rassemblement national sur Europe 1. "Il va falloir que le gouvernement comprenne que les Français n'en peuvent plus, ils ne peuvent plus se déplacer en voiture (...) Nos ministres vivent à Paris mais dans la ruralité la voiture c'est essentiel", a-t-elle ajouté. Selon elle, l'augmentation des prix du carburant, "spectaculaire", "n'est pas corrélée, contrairement à ce qu'on nous explique, à la lutte" contre le réchauffement climatique: "il s'agit là de remplir les caisses de l'État car il faut contrebalancer l'immensité des cadeaux faits aux plus riches des Français", a-t-elle accusé.


Ces soutiens sont vus par les détracteurs du mouvement comme une malheureuse récupération politique. Sur Twitter, ils le dénoncent à travers le hashtag #SansMoiLe17.

Le diesel plutôt plus cher que l'essence

Le prix moyen d'un litre de sans plomb 95 à la pompe s'élevait la semaine dernière à 1,55 euro, à peine plus que celui du gazole, à 1,52 euro, selon le ministère de la Transition écologique et solidaire. Une hausse des tarifs qui s'explique notamment par la taxation qui s'est alourdie, surtout pour le diesel depuis le 1er janvier.

Les taxes sur le gazole ont ainsi augmenté de 7,6 centimes par litre depuis le 1er janvier. Pour l'essence, l'augmentation a été de 3,9 centimes par litre. Et cela va encore augmenter. En 2019, des hausses de 6 centimes pour le diesel et 3 centimes pour l'essence sont prévus. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Diesel, essence : la grogne contre le prix des carburants

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter