HSBC va supprimer 35.000 emplois dans le monde : quelles conséquences en France ?

HSBC va supprimer 35.000 emplois dans le monde : quelles conséquences en France ?
Social

ÉCONOMIE(S) - Le géant bancaire HSBC a dévoilé ce mardi des projets de réorganisation radicaux impliquant la suppression de 35.000 emplois en trois ans et une réduction de ses activités aux États-Unis et en Europe...

La guerre commerciale que se livrent la Chine et les États-Unis, ainsi que le retrait britannique de l'Union européenne, pèsent sur les comptes du géant bancaire HSBC : en 2019, son bénéfice net a chuté de 53%. En conséquence de quoi, le groupe, basé à Londres mais actif à travers le monde, a annoncé ce mardi un vaste plan de réorganisation impliquant la suppression de 35.000 emplois en trois ans et une réduction de ses activités aux États-Unis et en Europe, où il a moins bien résisté qu'en Asie.

La France spécifiquement concernée

Ses effectifs totaux doivent donc être réduits de pratiquement 15%, sans que l'on sache, pour l'heure, dans quelles régions ces suppressions de postes seraient effectuées. Le groupe avait déjà engagé l'an dernier la suppression de 2% de ses effectifs, soit 4700 postes, dans le sillage de la nomination de Noel Quinn au poste de directeur général par intérim, après l'éviction surprise en août de John Flint, qui a sans doute ainsi payé une dépréciation d'écarts d'acquisitions de 7,3 milliards de dollars, liée principalement aux activités de marchés mondiaux et aux opérations du groupe en Europe.

Lire aussi

Une "remodélisation" qui laisse présager des coupes sombres dans les effectifs, et plus particulièrement dans "les activités enregistrant des performances décevantes", dixit Noel Quinn dans le communiqué publié ce mardi. Aux États-Unis, HSBC entend ainsi réduire son réseau d'environ 30% et abaisser ses dépenses opérationnelles de 10% à 15%. Et pour ce qui est de ses activités en Europe (hors Royaume-Uni), il projette de "réduire ses ventes et activités de marchés, comme ses activités de recherche". Un point qui concerne spécifiquement la France...

En vidéo

Les secrets du succès des banques en ligne

En effet, en décembre 2019, l'AFP écrivait, citant des sources proches du dossier, que HSBC envisageait de céder tout ou partie de son activité de banque de détail (des banques exerçant une activité de crédit et d'offre de produits de placements auprès de clientèles individuelles) dans l'Hexagone. Or, le groupe y compte plus de 8500 salariés au total, dont la majeure partie travaille dans son activité de banque de détail. Les fonctions centrales seraient, du reste, elles aussi sur le gril. Selon La Tribune, les syndicats français craignaient, dès l'automne dernier, que l'impact concerne entre 3000 et 5000 postes, alors qu'ils anticipaient à ce moment-là 10.000 suppressions de poste dans le monde, et non les 35.000 annoncées ce mardi...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent