Un chef d’équipe des entrepôts de Normandie Logistique s’est suicidé

Social

LUBRIZOL – Près d’un mois après l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen, un chef d’équipe travaillant dans les entrepôts de Normandie Logistique, qui ont également brûlé, s’est suicidé vendredi.

Un chef d’équipe des entrepôts de Normandie Logistique, touchés durant l’incendie de Lubrizol à Rouen le 26 septembre dernier, s’est suicidé vendredi en fin de journée, a annoncé l’entreprise dans un communiqué. L’homme, âgé de 59 ans, travaillait depuis 39 ans au sein de cette société.

"Toute l’entreprise est sous le choc", a déclaré le directeur général de Normandie Logistique, Christian Boulocher. "Aucun signal ne nous avait alerté de son mal-être, venant de lui ou de ses collègues", a-t-il regretté.

Lire aussi

Un suicide lié à l’incendie du 26 septembre ?

Ce suicide est-il lié à l’incendie qui a ravagé son entreprise il y a un peu plus d’un mois ? Ce n’est pas certain, puisque selon des sources concordantes, le salarié a laissé une lettre invoquant des motifs sans rapport avec l’incendie de Lubrizol. Pourtant, selon Gérald Le Corre de la CGT Seine-Maritime, "la concomitance entre le passage à l’acte de ce salarié responsable du stockage et la mise en cause de l’entreprise doit interroger".

L’entreprise Normande Logistique avait en effet été pointée du doigt dans sa responsabilité de l’incendie de Lubrizol, notamment par le directeur régional de l’environnement Patrick Berg, qui avait estimé que la société avait "commis plusieurs infractions pénales", devant la mission d’information de l’Assemblée nationale, la semaine dernière. Normandie Logistique avait ensuite regretté "que l’administration confonde les sujets et sorte de ses prérogatives pour désigner l’entreprise comme bouc émissaire en semant la confusion dans un dossier déjà complexe".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter