Interdire ou pas la manifestation du 1er décembre sur les Champs-Elysées ? Le casse-tête des autorités

Interdire ou pas la manifestation du 1er décembre sur les Champs-Elysées ? Le casse-tête des autorités
Social

INCERTITUDE - Ce samedi, les Gilets jaunes comptent bien manifester, à nouveau, sur les Champs Elysées. Au vu des dégradations commises le 24 novembre dernier et face à la radicalisation d'une partie des Gilets jaunes, les autorités pourraient opter pour une interdiction pure et simple, mais cette décision est coûteuse financièrement et politiquement.

Pour leur troisième week-end de mobilisation, les Gilets jaunes se donnent à nouveau rendez-vous à Paris. Si des demandes ont été déposées à la préfecture de police de Paris pour manifester à la Madeleine, porte Maillot ou encore place de la République, de nombreux manifestants veulent "remettre le couvert" sur les Champs Elysées, comme la semaine dernière. 

Risque de "trouble à l'ordre public"

Mais le souvenir de la manifestation de 8000 Gilets jaunes sur cette avenue parisienne reste cuisant. Le rassemblement avait tourné au cauchemar pour les autorités et les commerçants des alentours. Barricades, véhicule incendiés, feux tricolores arrachés... en tout, "plusieurs centaines de milliers d'euros" de dégradations selon le premier adjoint à la Mairie de Paris. Lundi matin, Emmanuel Grégoire avait déclaré que plus de 200 personnes avaient été mobilisées pour rendre un visage "normal" à l'avenue.

Alors le nouvel appel des Gilets jaunes inquiète, au point que le gouvernement n'exclut pas d'interdire tout simplement la manifestation. Juridiquement cela est possible, au nom du "trouble à l'ordre public", mais les choses ne sont pas si simples.

En vidéo

Nouvelle manifestation samedi sur les Champs-Elysées : "On a peut que les débordements soient multipliés par 2 ou 3"

D'un côté, et même si la décision finale sera prise au plus haut niveau de l'Etat, cette interdiction apparaît comme une bonne solution parmi certaines personnalités du gouvernement et des forces de l'ordre. Tout d'abord parce le mouvement s’est radicalisé ces derniers jours à Paris bien sûr, mais aussi en régions. Selon nos informations, des Gilets jaunes ont fait usage de grenades artisanales ou encore de fusées. Des incendies ont été déclenchés et de nombreux faits de violence enregistrés, sans que cela émane de groupuscules extrêmes. Calais, par exemple, fait partie des points chauds. Cette décision serait cependant très lourde politiquement et risque d'attiser les tensions.

Lire aussi

Bloquer les Champs Elysées ? Un dispositif couteux

Toute l'info sur

La colère des Gilets jaunes

Autre solution : autoriser la manifestation mais interdire l'accès aux Champs-Elysées. Cela aurait un coût humain et financier conséquent. Samedi 24 novembre, 44 compagnies de CRS assuraient la sécurité sur l'avenue, soit 3000 hommes. "Pour assurer la sécurité des Champs Elysées, il faudrait, par rapport à samedi, 11 compagnies supplémentaires", alerte  Frédéric Lagache, secrétaire général syndicat police Alliance, "on voit bien qu'on ne peut pas avoir 11 compagnies supplémentaires vu l'état des effectifs". Cela demanderait également un filtrage et des fouilles importantes, un dispositif qui avait été mis en place par exemple lors des cérémonies du 11 novembre et qui mobiliserait là aussi beaucoup de forces de l'ordre.

Au niveau des commerces, tout comme de la mairie, l'hypothèse d'une fermeture à quelques semaines de Noël n'est de toute façon pas privilégiée. En attendant d'en savoir plus, la préfecture a demandé aux commerçants de libérer les terrasses.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent