La France va accueillir des femmes yézidies victimes de crimes sexuels

La France va accueillir des femmes yézidies victimes de crimes sexuels

Social
DirectLCI
GUERRE - Au lendemain de la venue à l'Elysée de Nadia Murad, prix Nobel de la paix 2018 et survivante des exactions du groupe Etat Islamique, jour de la publication d'un rapport sur les crimes sexuels contre les femmes yézidies, le Quai d'Orsay a annoncé que la France allait accueillir une centaine d'entre elles.

Un pas vers la reconstruction, pour ces femmes ? Ce jeudi, la Fédération internationale des droits de l'homme a publié un rapport concernant les crimes sexuels des djihadistes étrangers à l'égard des femmes yézidies, cette communauté kurdophone persécutée par Daech. Il en résultait notamment que des djihadistes français avaient perpétré des crimes contre certaines de ces femmes : esclavage, viols, torture... 


Ce jeudi également, Emmanuel Macron recevait à l'Elysée Nadia Murad, jeune militante des droits de l'homme irakienne, prix Nobel de la Paix 2018 et victime yézidie des crimes sexuels commis par des djihadistes. Et d'annoncer dans la foulée de cette rencontre, des initiatives en faveur de la population yézidie dont l'accueil de victimes de Daech. 

La France va accueillir une centaine de femmes yézidies

Au cours de cette rencontre, Nadia Murad a demandé à Emmanuel Macron si la France pouvait, à l'image du Canada, de l'Australie et de l'Allemagne, mettre sur pied un programme pour accueillir une centaine de victimes de ces crimes perpétrés par Daesh. Le président de la République, par la voix du porte-parolat du Quai d'Orsay a annoncé ce vendredi que la France avait répondu par la positive à la demande du Prix Nobel de la Paix 2018.


Selon le communiqué, "la France accueillera cent femmes yézidies, victimes de Daech, libérées mais actuellement bloquées et sans soins dans les camps de réfugiés du Kurdistan irakien. Vingt d'entre elles devraient être accueillies d'ici la fin de l'année et les autres en 2019". Reste à savoir sous quel statut elles seront accuaillies.

Dans son rapport publié le 25 octobre, la FIDH dévoilait les témoignages de seize survivantes, victimes de crimes sexuels commis par des djihadistes étrangers dont des Français. En 2014, l'EI a envahi le Sinjar, région de cette minorité kurdophone dans le nord de l'Irak et des milliers de femmes et adolescentes ont été enlevées par les djihadistes pour les réduire à l'état d'esclaves sexuelles. En tout, ce sont 6800 Yazidies qui auraient été retenues captives par les terroristes de Daesh : 4300 se seraient échappées ou auraient été rachetées et 2500 seraient encore "disparues", affirme le rapport. Et la FIDH de demander à la justice française d'élargir aux "crimes contre l'humanité" les poursuites contre les djihadistes français impliqués dans ces crimes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter