"Liberté, égalité, flashball" : les Gilets jaunes détournent le tableau qui trône dans le bureau d'Emmanuel Macron

"Liberté, égalité, flashball" : les Gilets jaunes détournent le tableau qui trône dans le bureau d'Emmanuel Macron
Social
STREET ART - La célèbre affiche de l'artiste américain Shepard Fairey, qui trône dans le bureau d'Emmanuel Macron, a été revisitée par des Gilets jaunes et arborée par des manifestants ce samedi pour dénoncer les violences policières, et plus particulièrement les blessures causées par les lanceurs de balles de défense.

On l'a souvent aperçu derrière le président de la République, lors d'allocutions ou interviews accordées depuis son bureau de l'Elysée. Ce samedi, pour l'acte 10 de la mobilisation, le tableau de Shepard Fairey a été revisité par les Gilets jaunes. Le mot "fraternité" de la devise nationale a été remplacé par "flashball" pour dénoncer l'utilisation de cette arme par la police, qui a déjà fait plusieurs blessés graves dans les rangs des manifestants depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes à la mi-novembre.

Pour illustrer les conséquences des lanceurs de balles de défense (LBD), la Marianne représentée sur le tableau s'est ici parée d'un œil tuméfié et ensanglanté. Ce détournement avait été diffusé dans la semaine sur les réseaux sociaux, c'est donc logiquement que ce samedi il s'est retrouvé sur les pancartes de quelques manifestants dans la rue.

Selon Le Figaro, cette affiche est l'oeuvre d'un graphiste actif sur la plateforme militante Discord insoumis, qui réunit des sympathisants de La France insoumise. "Lorsque l'artiste a donné le tableau original (Liberté, Égalité, Fraternité) à Emmanuel Macron, il avait alors écrit sur un post Instagram où il espérait que Macron incarnerait une force progressiste. C’est la vue de ce tableau dans le bureau du Président et le décalage entre ce que pensait Shepard Fairey et l’actualité récente qui a provoqué ce détournement", a expliqué un membre du Discord insoumis au Figaro.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter