VIDÉO - "Le confinement c’est pour tout le monde, il n’y a pas d’exception" : le coup de gueule d'un maire de Haute-Savoie

VIDÉO - "Le confinement c’est pour tout le monde, il n’y a pas d’exception" : le coup de gueule d'un maire de Haute-Savoie
Social

MESSAGE - Confinés depuis plus de trois semaines, certains Français contournent les mesures pour rejoindre leurs résidences secondaires. Le maire de Saint-Gervais-les-Bains, Jean-Marc Peillex, exprime sa colère et demande à ces derniers de rester chez eux et de ne pas venir en Haute-Savoie.

Sur LCI ce mercredi, le maire de Saint-Gervais-les-Bains, en Haute-Savoie, Jean-Marc Peillex, a dénoncé l'attitude de certains Français qui, malgré le confinement, décident de venir dans leurs résidences secondaires : "Je leur dis stop, le confinement c’est pour tout le monde, il n’y a pas d’exception. Ce n’est pas parce que vous avez une résidence secondaire que vous avez le droit de vous confiner où vous voulez, quand vous voulez, donc vous restez sagement chez vous. Et j’espère que gendarmerie et police veilleront au départ à ce qu’il n’y ait personne qui vienne."

"Les derniers week-ends, on a eu des résidents secondaires qui ont ouvert leurs chalets. Bien sûr, ce n’est pas la majorité des résidents secondaires, c’est l’extrême minorité habituelle de tous ceux qui se croient au-dessus des lois", a-t-il précisé avant d'ajouter : "Quelque soit votre condition sociale, vous devez rester chez vous, et j’espère bien que vous allez entendre ce message et qu’on va taper sur les doigts fortement de toutes celles et tous ceux qui se croient supérieurs aux autres."

Lire aussi

S’ils étaient venus dès le départ, ils auraient été les bienvenus.- Jean-Marc Peillex, maire de Saint-Gervais-les-Bains.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

La progression du Covid-19 dans le monde

"Le choix du confinement, ils l’avaient dès le départ, soit ils venaient ici, alors pas de souci, soit ils restaient chez eux. Mais ce n’est pas : 'Je fais une semaine à Deauville, une semaine à Cannes, une semaine à Saint-Gervais et une semaine à Paris'", s'insurge l'élu. "S’ils étaient venus dès le départ, ils auraient été les bienvenus. Mais les chalets qui s’allument à côté de chez nous, c’est incompréhensible pour la population", poursuit-il.

"Imaginez, on nous dit : 'Vous n’avez pas le droit de faire plus de 100m de dénivelé, d’aller faire une promenade à plus d’un kilomètre' et pendant ce temps-là, vous voyez arriver des gens qui ont fait 300 ou 600 kilomètres, c’est quelque chose de complètement inadmissible. (...) L’idée n’est pas d’aller faire une chasse aux sorcières, mais de responsabiliser les gens. On a un gouvernement qui fait ce qu’il peut, un président de la République qui fait ce qu’il peut, parce qu’il y a beaucoup de 'magiciens', des 'professeur Tournesol', qui savent tout … Mais personne ne sait rien", enrage Jean-Marc Peillex.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent