Les accidents de chasse sont-ils réellement au plus bas depuis 20 ans ?

Les accidents de chasse sont-ils réellement au plus bas depuis 20 ans ?

Social
DirectLCI
CROISONS LES CHIFFRES – 113 accidents de chasse ont été recensés l'an dernier. Pourtant l’Observatoire national de la chasse affirme que ce nombre est en baisse et même au plus bas depuis 20 ans. Alors que 5 accidents mortels sont encore survenus depuis le début de la saison, que disent vraiment les chiffres ? On fait le point.

Un vététiste abattu par un chasseur qui croyait tirer sur du gros gibier Une fillette de 10 ans grièvement blessée par un homme ayant tiré sur un faisan de chez lui. Des surfeurs pris pour cible... qui évitent des balles de justesse. Depuis l'ouverture de la saison de la chasse, les récits d'accidents ou d'incidents - graves ou mineurs - s'accumulent.   A tel point que les représentants des chasseurs ont été sommés ce lundi par François de Rugy de généraliser de "bonnes pratiques"  pour améliorer la sécurité.


Mais que disent vraiment les chiffres  ? L’Observatoire National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) affirme dans son dernier communiqué que leur nombre est en baisse. Sur la saison 2017-2018 - la dernière sur laquelle l’ONCFS a pu faire un bilan complet - 113 accidents sont arrivés, contre 143 pour la saison précédente. Le communiqué indique que ce chiffre est le plus bas depuis 20 ans. Il mérite d'être examiné de près.

"Accidents de chasse", "validations" et "chasseurs réels"

Un accident de chasse évoque tout incident survenu avec une arme au cours d’une action de chasse. S’il y a intention, c’est un homicide et n’est pas classé parmi les accidents de chasse, pas plus qu’un suicide. De même, les chutes ou problèmes cardio-vasculaires entraînant un décès et survenant durant la chasse ne sont pas comptabilisés. En revanche, un accident peut compter plusieurs victimes. Par exemple, pour les 113 incidents annoncés pour 2017-2018, il y a eu 115 victimes (13 décès, dont 2 non chasseurs). Pour avoir un réel recul sur l’évolution du nombre d’accidents de chasse, nous les avons répertoriés sur les 15 dernières années (voir graphique). Les données ont été fournies par le Réseau Sécurité à la chasse de l’ONCFS.


Afin de mieux se rendre compte de l'échelle de ces incidents, nous avons aussi collecté le nombre de chasseurs à l'année, grâce aux données de la FNC. Bon à savoir : un permis de chasse se garde à vie, comme un permis de conduire. Environ 25 000 à 28 000 permis de chasser et 3 400 autorisations de chasser accompagné sont délivrés chaque année. Pour pouvoir chasser, il faut ensuite faire valider son permis de chasser chaque saison (Du 1er juillet au 30 juin de l'année suivante) auprès d’une Fédération Départementale de Chasse, moyennant le paiement d’une redevance et d’un droit de timbre au profit de l’Etat, ainsi que de l’adhésion à la FDC. Cependant, plusieurs chasseurs font valider leur permis dans plusieurs départements pour étendre leur territoire de chasse, ce qui créé des doublons. Nous utiliserons ici le nombre réel de chasseurs, calculé par la FNC après mise en commun des différents registres départementaux.

Moins d'accidents, certes, mais moins de chasseurs

Le nombre d'accidents de chasse par saison a été très variable ces 15 dernières années, mais avec une tendance incontestable à la baisse. En revanche, il est important de préciser que le nombre d’accident de chasse est resté proportionnel aux nombres de chasseurs. En effet, l’effectif des chasseurs est en baisse continuelle depuis 2002. Il y aurait donc vraisemblablement moins d’accidents, pour la simple raison qu’il y a moins de chasseurs. 

En vidéo

Face au nombre d'accidents de chasse, la prudence et le bon sens plus que jamais de mise

Déjà 31 accidents depuis l'ouverture de la chasse

Alors que la saison de la chasse 2018-2019 n'est ouverte que depuis peu, de nombreux accidents sont déjà répertoriés sur le territoire français. Plus exactement : 5 accidents mortels et 31 accidents corporels sont a déplorer depuis le 1er juillet, toujours selon l’ONCFS. La mort d'un Britannique- tué le 13 octobre lors d'une battue au gros gibier - a notamment suscité un tollé. Suite aux nombreuses critiques contre ces accidents à répétitions, une pétition a vu le jour pour réclamer l'arrêt de la chasse le dimanche. 


Si François de Rugy a déclaré que ce n'était pas envisageable, il a néanmoins demandé à la Fédération Nationale des Chasseurs des engagements supplémentaires sur la sécurité dans les forêts françaises. "Nous avons demandé aux fédérations de chasseurs de travailler à une généralisation de bonnes pratiques qui existent dans certains départements et qui prévoient des formations annuelles", a indiqué le ministre après la réunion. Le président de la Fédération Nationale des Chasseurs, Willy Schraen, s'est dit prêt à discuter avec les fédérations de randonneurs, de cyclistes et autres pour parler de bonnes pratiques communes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter