"Acte IV" des Gilets jaunes : secteurs interdits, métros et magasins fermés... À quoi s'attendre ce samedi à Paris ?

Social
ACTE IV - La capitale est placée sous très haute surveillance ce samedi, 4e week-end de mobilisation des Gilets jaunes. Alors que l'Elysée dit craindre des manifestations "d’une grande violence", un dispositif de sécurité qualifié d'exceptionnel a été mis en place. Nombre de commerces et lieux culturels ont été priés de rester fermés. Plusieurs événements sont, eux, annulés, reportés ou aménagés. On fait le point.

Le centre de Paris prend des airs de "ville morte" et beaucoup redoutent le pire. Alors que "l’acte IV" de la mobilisation des Gilets jaunes doit avoir lieu samedi, la crainte de revivre des débordements pareils sinon plus graves à ceux qui ont émaillé la manifestation du 1er décembre dans les rues de la capitale est bel et bien présente. L’Elysée dit s’attendre à des événements "d’une grande violence", avec des milliers de personnes qui viendraient potentiellement pour "casser ou tuer". 


De quoi pousser les autorités à multiplier les appels au calme ces dernières heures, même si nombre de citoyens en colère y restent imperméables. De fait, sur les réseaux sociaux, les mots d'ordre continuent d’évoquer un renversement des institutions et d’Emmanuel Macron. Pour limiter au maximum le risque d’incidents, la Ville lumière promet donc d'être en partie éteinte.

Les secteurs concernés

Où vont se rassembler les Gilets jaunes ?  Si les Champs-Elysées et leurs abords, notamment la place de l'Etoile, devraient concentrer l’essentiel de la mobilisation dès les premières heures du jour, plusieurs zones de la capitale pourraient également être impactées. C’est le cas de la place de la Bastille et ses environs, de la porte Maillot, ainsi que du périphérique parisien, où plusieurs Gilets jaunes ont appelé à se rassembler. Comme samedi dernier, les alentours des institutions sont eux aussi totalement verrouillés. Idem pour les quartiers autour de la rue de Rivoli ou de l'Opéra, théâtre de violences la semaine passée. 


Les secteurs interdits. La préfecture a pris un arrêté interdisant les manifestations dans un périmètre englobant les abords du palais de l'Elysée, les Champs-Elysées, la Concorde, une partie du Quai d'Orsay, les abords de l'Assemblée nationale et de l'hôtel de Matignon. Au total, 18 points de la capitale sont considérés comme sensibles. À ceux déjà cités s'ajoutent : la Défense, la Grande Armée, le Trocadéro, les Ternes, Beaugrenelle, les Invalides, la rue de Rennes, le quartier Latin, Saint-Augustin, Vendôme, Louvre, Châtelet, Bercy, Victor Hugo et Roosevelt. 

Les entreprises du BTP y ont été priées de sécuriser leurs chantiers, de sorte à éviter que du matériel soit utilisé à des fins de violences. La mairie de Paris a fait retirer des rues 2000 éléments de mobilier urbain susceptibles de servir d'armes, des centaines de grilles d'arbre et de barrières de chantier, ainsi que plus de 200 poubelles de verre.

En vidéo

Gilets jaunes : l'inquiétude des commerçants parisiens avant samedi

Prévue le même jour, la Marche pour le Climat, que Christophe Castaner avait souhaité voir reportée, a finalement été déplacée entre les places de la Nation et de la République. Elle devait initialement démarrer du Trocadéro pour se diriger vers le Champ-de-Mars, mais le secteur a été jugé trop proche des Champs-Elysées. Les rues adjacentes au tracé du cortège sont également susceptibles d'être restreintes à la circulation. 

Les transports impactés

La RATP annonce qu'une vingtaine de stations de métro ferment au public samedi dès 5h30. Sont notamment concernées les stations Charles de Gaulle Etoile, Bastille, Concorde, Opéra, Madeleine, Hôtel de Ville, Trocadéro, Kléber... La liste complète (voir ci-dessous) est disponible sur le site de la RATP. 

Une cinquantaine de lignes de bus sont également perturbées.

Les Vélib, vélos en libre-service de la capitale, sont eux aussi touchés. Vendredi soir, pas moins de 150 stations étaient ainsi déjà fermées en prévision. 

Un dispositif de sécurité "exceptionnel"

Invité du 20H de TF1 jeudi soir, Edouard Philippe a détaillé l’ampleur du dispositif policier, qualifié d’"exceptionnel" par l’exécutif. Tandis que 89.000 membres des forces de l’ordre sont mobilisés dans toute la France, 8000 d’entre eux sont chargés de sécuriser Paris. 

En vidéo

Edouard Philippe au 20h de TF1 : l'interview intégrale

En renfort, le Premier ministre a confirmé le déploiement d’une douzaine de véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG). Une disposition jamais vue à Paris et inédite en milieu urbain depuis les émeutes dans les banlieues françaises en 2005. Huit lanceurs d'eau sont également mobilisés. 

Par ailleurs, un arrêté de la préfecture de police interdit le port et le transport d'articles pyrotechniques et de produits inflammables (essence, pétrole, gaz, alcool, méthanol, térébenthine, white spirit, acétone et solvants) dans Paris samedi.

De nombreux lieux fermés au public

Sans compter les commerces - parmi lesquels le Printemps, les Galeries Lafayette, le BHV et de nombreuses enseignes de luxe - appelés à fermer par la préfecture, une grande partie des musées parisiens (dont le Louvre, le Musée d'Orsay, le Grand Palais, le Musée de l'Homme, le Musée d'Art moderne, le musée du quai Branly...) ont décidé de ne pas ouvrir leurs portes samedi. Ils ne sont pas les seuls : d'autres sites très touristiques et emblématiques de la capitale - la Tour Eiffel (déjà fermée le 24 novembre) et les Catacombes - sont concernés. L'Arc de triomphe, objet de dégradations la semaine passée, reste lui aussi inaccessible.

Côté spectacles, l'Opéra (Garnier et Bastille), le théâtre Marigny, la Comédie-Française (salle Richelieu et Studio Théâtre, mais pas le Vieux Colombier), le théâtre des Champs-Elysées, l'Odéon, la salle Pleyel ou encore la Philharmonie ont annulé leurs représentations. 


D'autres lieux publics - l'Hôtel de Ville, la mairie du IVe arrondissement, le jardin des Tuileries, le Palais Royal, le Panthéon, la Bibliothèque nationale de France... - et neuf marchés alimentaires sont également à l'arrêt forcé. 

Evénements reportés ou annulés

Comme cinq autres matchs de Ligue 1, l’affiche entre le PSG et Montpellier, qui devait avoir lieu à 16h au Parc des Princes, a été reportée sine die. Leur reprogrammation s'annonce comme un vrai casse-tête. De même, l'ex palais omnisports de Bercy a rapporté qu'il serait fermé, et donc que le concert de BigFlo et Oli était reporté au lendemain. Cas semblable ou presque pour la première édition du festival de musiques électroniques INASOUND, prévu ce weekend au Palais Brongniart (ex-siège de la Bourse de Paris), différé au printemps prochain.

S’il n’a, lui, pas dû être reporté, le Téléthon a été contraint de changer ses plans en urgence. Exit tout d'abord le grand plateau de France Télévisions qui devait être installé en extérieur, place de la Concorde, en bas des Champs-Elysées, finalement remplacé par un tournage en studios. En outre, plusieurs événements ont été annulés par précaution, comme la "Marche des maladies rares" prévue samedi midi au Jardin du Luxembourg. 

En vidéo

L'"acte IV" des Gilets jaunes suscite l'inquiétude à Paris

À noter que la Société Protectrice des Animaux (SPA) a pris la décision d’annuler son événement du Noël des Animaux initialement prévu Place de la République à Paris ce week-end.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter