Manifestation du 5 décembre : des amas de pavés ont-ils été laissés sur les Champs-Elysées ?

Manifestation du 5 décembre : des amas de pavés ont-ils été laissés sur les Champs-Elysées ?

À LA LOUPE - Pour sécuriser la manifestation du 5 décembre à Paris, les autorités ont demandé le retrait des éléments de chantier qui pourraient être utilisés par d'éventuels casseurs. Des internautes se sont étonnés de voir des monticules de pavés sur les Champs-Elysées, accusant même les autorités d'"armer" les manifestants. A La loupe a cherché à en savoir plus.

De nombreux Français comptent battre le pavé ce jeudi 5 décembre pour dénoncer la réforme des retraites. A Paris, "il semblerait que tout soit en place" ironise une internaute. La photo qui accompagne ce commentaire montre l'avenue des Champs-Elysées en plein travaux. On y découvre des monticules de pavés sur une route nue, bordant des barrières de chantier. 

La photo n'a pas manqué de faire réagir, certains internautes y voyant une aire de jeux idéale pour les casseurs, craints mais attendus par le ministère de l'Intérieur.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

De nombreux internautes accusent donc les autorités de favoriser les violences. "Aujourd'hui 4 décembre une montagne de pavés sur les Champs-Élysées près de l'étoile et après ils diront qu'il y a des casseurs mais ils fournissent...", lâche une internaute, en postant une photo de l'avenue sur Facebook. "Un peu comme le 16 novembre où en pleine manif les camions verts de la ville de Paris viennent décharger des palettes aux abords de la place d'Italie, ajoute-elle en postant une vidéo complémentaire. Arrêtez de nous prendre pour des imbéciles."

Interrogée par LCI, la préfecture nous indique avoir été avisée de la situation ce mercredi matin et l'avoir signalée à la mairie. Nous avons "demandé une réquisition d'évacuation pour tout ce qui est utilisé parfois pour servir de projectiles et d'armes", a confirmé Didier Lallement lors d'une conférence de presse. Le préfet a enjoint la Ville de Paris de retirer un certain nombre de ces éléments, mobiliers urbains et objets de chantier notamment.

La Mairie, de son côté, se "décharge" sur l'entreprise en charge de ce chantier de sécurisation des traversées piétonnes. "La Ville a demandé à l’entreprise responsable de faire le nécessaire avant la manifestation de demain pour enlever les pavés et tous les éléments qui pourraient servir de projectiles et sécuriser le barriérage des zones dépavées." 

La Préfecture souligne par ailleurs que les Champs-Elysées ne figurent pas sur le parcours de la manifestation. L'avenue et ses abords font même l'objet d'un arrêté préfectoral : tout rassemblement de Gilets jaunes y est interdit. Les objets destinés à dissimuler tout ou partie du visage, les équipements de protection, les mélanges inflammables ou encore tout arme y seront prohibés.

Nous nous sommes rendus dans la soirée sur les Champs-Elysées. Si les barrières de chantier n'avaient pas été retirées, les pavés, eux, avaient été remballés. 

Lire aussi

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

VIDÉO - Chèque énergie exceptionnel : voici quand vous allez recevoir les 100 euros d'aide

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.