Nouvelle grille tarifaire : les livreurs Deliveroo demandent au consommateur de boycotter la plateforme

Social

RAS-LE-BOL - Les livreurs Deliveroo appellent les clients à boycotter la plateforme de livraison de plats à domicile, mercredi 7 août. Ils dénoncent une nouvelle grille tarifaire qui entraîne une baisse de leur rémunération. Ce mouvement de protestation pointe aussi du doigt les conditions déjà précaires liée à leur statut.

Pédaler plus, pour gagner moins ? C'est ce que veulent éviter les livreurs de la plateforme britannique Deliveroo. Ils protestent ce mercredi contre une nouvelle grille tarifaire synonyme d'une perte financière.

"Aujourd'hui, on essaie de sensibiliser les consommateurs. On leur demande, juste aujourd'hui, de ne pas commander à Deliveroo et de ne pas se connecter, par soutien au mouvement", a dit à l'AFP Jean-Daniel Zamor, président du Collectif des livreurs autonomes parisiens (CLAP 75).

"On demande aussi aux livreurs de se réunir pour faire entendre nos droits et montrer qu'on peut frapper", a-t-il ajouté, précisant qu'un rassemblement était prévu à partir de 19h place de la République à Paris et qu'il serait suivi par le blocage de plusieurs restaurants. Un rassemblement similaire s'est déjà tenu samedi 3 août dans la capitale mais aussi à Nice, Nantes, Bordeaux, Montpellier, Grenoble...

L'appel au boycott est soutenu par l'U2P qui représente l'artisanat et le commerce de proximité. Son président, Alain Griset, lance un message : "J'en appelle au bon sens des consommateurs pour ne pas cautionner les dérives actuelles de certaines plateformes. J'en appelle également aux pouvoirs publics : il faut d'urgence rétablir des règles claires, équitables et qui s’imposent à tous de la même manière".

Nouvelle grille tarifaire : que change-t-elle ?

En 2015, les livreurs étaient payés à l'heure. En 2017, ils étaient rémunérés à la course et en 2018, à la distance avec un tarif minimum. Ce dernier, à hauteur de 4€70, disparaît avec la nouvelle grille tarifaire. Dorénavant, plus le trajet sera long, plus le livreur sera gagnant. Des courses longues qui ne sont pas rentables, estime Jean-Daniel Zamor, car "elles peuvent faire plus d'une heure, soit l'équivalent de trois ou quatre courses courtes".

Une nouvelle réglementation qui rendrait les livreurs perdants d'un point de vue financier mais qui constituerait également un danger : les courses longues demandent d'aller vite, quitte à prendre des risques. CLAP 75 rappelle sur son compte Twitter qu'au mois de mai, 3 livreurs sont décédés en l'espace de 4 jours alors qu'ils travaillaient. Deux ont été percutés sur la route, le troisième a été tué à Londres par des voleurs de vélos.

Les livreurs au gros sac à dos ont un statut précaire. Ils ne sont pas salariés mais indépendants, généralement avec un statut d'auto entrepreneur et payent de fortes cotisations sociales.

Deliveroo défend "une meilleure tarification, plus juste"

Selon la plateforme, la nouvelle grille offre "une meilleure tarification, plus juste" et "plus de 54% des commandes sont payées davantage". Deliveroo affirme également que la nouvelle grille "consacre encore plus d'argent aux frais des livreurs, les payant davantage pour des livraisons plus longues en réponse à la demande des livreurs".

Elle ajoute que "ceux qui appellent au boycott ne sont pas des livreurs Deliveroo et ne les représentent pas", les accusant d'essayer "maintenant d'empêcher les livreurs de gagner leur vie".  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter