En 2017, les expulsions locatives ont atteint un nouveau record

En 2017, les expulsions locatives ont atteint un nouveau record

Social
DirectLCI
CHIFFRES - Ce mercredi marquera le début de la trêve hivernale qui suspend les expulsions de locataires ne pouvant plus payer leurs loyers. Mais alors que le nombre de ménages expulsés en 2017 a atteint un nouveau record, la Fondation Abbé Pierre demande une inversion de la courbe.

Chaque année, elle est synonyme de répit pour des milliers de ménages en difficulté financière. La trêve hivernale s'ouvre ce mercredi 31 octobre, et dès lors, les expulsions de locataires ne pouvant plus payer leurs loyers seront suspendues. L'occasion pour la Fondation Abbé Pierre, qui évoque un nouveau record, de rappeler quelques chiffres importants et l'urgence de la situation. En 2017,  pas moins de 15 547 ménages ont ainsi été expulsés avec le concours de la force publique, contre 15 222 en 2016. "Et certainement deux à trois fois plus sont partis en amont, se sentant contraints par la procédure", précise l'association dans un communiqué. 


En dix ans, la hausse du nombre d'expulsions a atteint 46 % et 106 % depuis quinze ans. "Mais tant que l’Etat ne diminuera les expulsions effectives de logements, de squats, de bidonvilles, de structures d’hébergement sans offrir de solutions aux ménages impactés, sa volonté affichée de prévention des expulsions manquera de crédibilité", estime l'association. 

Moins de décisions de justice prononçant l’expulsion

Accusant l'Etat de "bafouer le droit", notamment "en expulsant des ménages prioritaires DALO qui devraient être relogés avant l’expulsion, en ne proposant aucun hébergement pour les personnes sans solution après l’expulsion (...) en appliquant trop rarement la circulaire du 25 janvier 2018 avant de procéder à l’expulsion de bidonvilles" la Fondation lui demande "une vraie politique visant à réduire drastiquement les expulsions." Comment ? Grâce à "l’augmentation conséquente, dès le vote du budget 2019, du fonds dédié aux indemnisations de propriétaires pour éviter les expulsions", poursuit le communiqué. Et de détailler ses pistes pour inverser la courbe : "en mobilisant tous les acteurs, en abondant tous les dispositifs de prévention et en développant l’accompagnement social et juridique, avec des moyens financiers enfin à la hauteur des ambitions."


Si la Fondation regrette que le plan national de prévention des expulsions mis en œuvre en 2016 n’a pas été en mesure d’enrayer la hausse, elle note pour conclure un signal encourageant. "A l’heure où se déploie un second plan de prévention, le nombre de décisions de justice prononçant l’expulsion est, pour la deuxième année de suite, en baisse en 2017, avec 125 971 décisions (contre 129 189 en 2016)", peut-on lire.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter