"Opération spéciale" à Paris, appels en région et à Bort-les-Orgues... A quoi s’attendre pour "l’acte 21" des Gilets jaunes ?

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

GILETS JAUNES – Des "appels nationaux" sont lancés en région, tandis que les Gilets jaunes de Corrèze appellent à se rendre à Bort-les-Orgues pour le 21ème "acte". Deux événements sont également prévus dans la capitale, dont l’un a été déclaré. Alors à quoi s’attendre ce samedi ?

Encore une fois, de nombreux "appels nationaux", inspirés du 18ème "acte" des Gilets jaunes à Paris, sont proposés en région. De leur côté, plusieurs figures du mouvement seront à Paris. Et notamment pour un événement organisé par le groupe "Opérations spéciales". On fait le point sur ce qui est prévu pour ce samedi 6 avril. 

Lire aussi

Une "opération spéciale" à Paris

Un "acte 21" est prévu dans la capitale ce samedi pour demander "une justice fiscale, sociale et écologique". La manifestation, déclarée et autorisée selon les organisateurs, partira de la place de la République, à 13h, pour se rendre jusqu’à la Défense. Objectif : alerter sur l’évasion et l’optimisation fiscale. Car derrière cet événement, partagé par Éric Drouet sur Facebook, se trouve le groupe "Opérations spéciales". Se décrivant comme "pacifiste" il organise des actions "coup de poing". C'est lui qui avait investi l’aéroport Charles-de-Gaulle, le 9 mars dernier, pour contester le projet de privatisation des Aéroports de Paris voulu par le gouvernement. 

Comme d'habitude, un événement est aussi organisé de façon plus sauvage dans la capitale. Intitulé "Acte 21 Paris Va Bientôt Trembler !", il ne donne ni horaire ni lieu de rencontre. Maxime Nicolle n’a pour l'heure pas fait savoir dans quel cortège il se trouvera. Mais il a assuré qu’il sera dans la capitale ce samedi, alors qu’il était convoqué ce jeudi pour ''provocation publique à la commission de violences suivie d’effet''. 

Quel que soit le lieu de rendez-vous de ce deuxième cortège, les Champs-Elysées et la place de l'Etoile seront, comme tous les samedis depuis trois semaines, interdits de tout rassemblement. Le préfet de police Didier Lallement a également renouvelé l'arrêté d'interdiction de manifester dans un vaste périmètre comprenant l'Elysée et l'Assemblée nationale.

Pour ces deux événements, les chiffres de participation dépassent quelque peu ceux observés la semaine dernière. Mais aucun d’eux n’atteint le 18ème "acte" pour lequel 6500 Gilets jaunes s’étaient inscrits. 

Un troisième rendez-vous est donné dans la capitale.Le groupe de Gilets jaunes qui déclarent les manifestations, dont la Gilet jaune Sophie Tissier fait partie, ont posé en préfecture un cortège qui partira de la gare Montparnasse pour atteindre le bassin de la Villette, au nord-est de la capitale.

Un appel national à Rouen et un hommage à Dijon

Une pléthore événements, inspirés par "l’ultimatum" qui avait eu lieu dans la capitale, demandent une convergence des Gilets jaunes de façon régionale ou nationale. Alors que le 30 mars, c’était au tour de Bordeaux, et que Toulouse devrait être le haut lieu de la contestation le 13 avril, des Gilets jaunes ont profité de ce trou dans le calendrier pour lancer leur propre appel. 

Les manifestants de la ville de Rouen demandent ainsi à leurs "amis Normands, Parisiens" et "des alentours" qu'ils se rendent dans la capitale normande. Une invitation acceptée par certains Lillois, malgré le fait qu’un "Appel national à Lille pour toutes les MARIANNES de France" ait été lancé. Sur le groupe Facebook "Lille insurgée", on justifie ainsi ce choix : "Ce week-end, la ville de Rouen pourrait sortir du lot en termes de mobilisation". 

Deux autres initiatives se dégagent pour ce week-end, notamment celle organisée à Dijon. Les Gilets jaunes demandent un "acte déterminé" dans la capitale Bourguignonne. Un rendez-vous fixé "en soutien" aux personnes  violemment interpellées au restaurant Le Bœuf Blanc, lors du 20ème "acte" des Gilets jaunes. La vidéo de cette séquence, particulièrement partagée tout au long de la semaine sur les réseaux sociaux, a choqué plusieurs manifestants.

Lire aussi

Plus étonnant, une manifestation pourrait avoir lieu à Bort-les-Orgues. C’est en tout cas ce que demandent les Gilets jaunes de Corrèze, qui comptent ainsi lutter contre la privatisation de barrages dans leur région, prévu à l’horizon 2022. Un rendez-vous qui bat des records. En effet, plus de 1600 personnes se disent "intéressées", ce jeudi, à se rendre dans cette petite commune qui compte à peine 2700 habitants. À titre comparatif, il y a autant d'inscrits pour l’événement organisé à Lyon, place de la République, où une nocturne est prévue à partir de 19h après la désormais traditionnelle manifestation. 

Comme chaque semaine, des manifestations ont été annoncées dans d'autres villes, notamment à Marseille, Nantes, Bordeaux ou Strasbourg, Nice, Montpellier, ou encore Toulouse.

Interdictions de manifester

Outre Paris, où les manifestations dans le secteur des Champs-Élysées sont interdites depuis "l'acte" 18, des arrêtés interdisant les cortèges ont été pris dans plusieurs villes.  Craignant "l'appel national" lancé en Normandie, la ville de Rouen a ainsi reconduit son interdiction de manifester dans le centre-ville. Un dispositif similaire à aussi été mis en place à Caen, Auxerre et Bourg-en-Bresse.

À Toulouse, haut lieu de la contestation, la place du Capitole restera également interdite à la manifestation. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter