Anne Hidalgo veut créer quatre "forêts urbaines" à Paris

Social
URBANISME - Quatre lieux de Paris vont être végétalisés, pour créer des "forêts urbaines", a annoncé jeudi la maire Anne Hidalgo dans une interview au "Parisien".

Des "forêts urbaines". C'est le nouveau projet pour Paris, dévoilé ce jeudi par Anne Hidalgo. La maire a d'ores et déjà donné les emplacements des quatre lieux choisis : derrière l'Opéra Garnier, sur le parvis de l'Hôtel de Ville et de la gare de Lyon, ainsi que sur les berges. Une décision qui a pris de court les élus de l'opposition, qui ont vivement protesté dans la soirée durant le Conseil de Paris.


Pour faire ces aménagements, des concertations seront engagées "avec les maires d'arrondissement et les habitants", et un débat se tiendra en Conseil de Paris, a détaillé Anne Hidalgo dans une interview au Parisien. Ces démarches seront suivies "d'une déclaration de travaux, avec une consultation préalable des Architectes des Bâtiments de France", détaille l'édile dans son interview. Parmi les sites concernés, la maire (PS) de la capitale précise que seule l'une des deux voies sur berges, déjà coupées à la circulation, sera débitumée, en l'occurrence celle de la "rive droite". L'autre voie restera "goudronnée pour la circulation des véhicules d'urgence".

C'est "mépriser complètement les membres du Conseil de Paris"

En sus, à la rentrée, 28 cours d'école "oasis", plus végétales et avec moins d'asphalte, seront créées, "dans tous les arrondissements", affirme l'édile. La maire de Paris se dit "convaincue que Paris doit s'adapter à l'évolution des températures", rappelant que "le Giec - groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat - prévoit des pics de canicule à 50 degrés d'ici 2050" dans la capitale.


Cette annonce a provoqué l'ire des élus présents en séance jeudi soir au Conseil de Paris, qui ont dénoncé une "humiliation" de la maire et réclamé une suspension de séance. "Alors qu'on siège en conseil depuis trois jours (...), on découvre dans un journal au moment où on traite des projets urbains, que les grands projets ne se décident pas (en assemblée) mais dans le bureau de la maire, avec des effets d'annonce à la presse", a expliqué Eric Azière. Pour cet élu de l'UDI-Modem, c'est "mépriser complètement les membres du Conseil de Paris". 


"Ces projets n'ont été ni débattus au cours de cette séance, encore moins concertés avec les Parisiens", a dénoncé de son côté l'élu de centre-droit Pierre-Yves Bournazel. "Quel mépris du débat démocratique que de découvrir dans la presse de nouvelles annonces d'Anne Hidalgo alors qu'elle sèche le Conseil de Paris", a abondé dans un communiqué Danielle Simonnet, conseillère de Paris de la France insoumise.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter