PMA, GPA et adoption : les Français de plus en plus favorables à la parentalité dans les couples homosexuels

Social

HOMOPARENTALITÉ - Un récent sondage montre une hausse des Français favorables au recours à la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes, ainsi que le recours à l'adoption et à la gestation pour autrui pour les couples homosexuels.

Les couples homosexuels sont de plus en plus considérés comme pouvant assumer un rôle de parent, au même titre que les couples hétérosexuels. C'est le résultat d'un nouveau sondage commandé à l’agence BVA par le ministère de la Santé, via la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES). En 2018, 68 % soit plus des deux tiers, s’accordent à dire que les couples homosexuels peuvent pleinement assumer un rôle de parent. Un résultat qui atteint son plus haut niveau et progresse de 7 points depuis 2014, date depuis laquelle l'institut de sondage travaille avec la Drees pour tenir compte de l'évolution des mentalités sur les questions sociales tous les deux ans.

PMA, GPA et adoption davantage acceptées dans l'opinion

Concernant la procréation médicalement assistée, connue sous le nom de PMA, 65 % des Français se disent favorables à ce que les couples de femmes puissent y recourir. Une progression de dix points depuis 2014 et qui culmine à son plus haut niveau. L'accès à la PMA pour toutes est une promesse du gouvernement Macron, qui doit présenter une réforme sur ce point dans le projet de loi de bioéthique, prévu pour juin. Le sondage ne donnent en revanche pas les avis concernant l'accès à la PMA pour les femmes seules.

La GPA (gestation pour autrui), la part de Français qui se disent favorables à ce que les couples homosexuels puissent y recourir pour avoir un enfant est désormais de 56 % soit +13 points depuis 2014. En notant que 40 % y sont opposés et 5 % ne se prononcent pas. 

Enfin, près des deux tiers, donc 65 % des personnes ayant répondu au sondage, se disent favorables à ce que les couples homosexuels puissent adopter un enfant. Le résultat atteint également son plus haut niveau. En 2014 et en 2016, les répondants étaient respectivement 56 % et 59 % à être pour. 

Lire aussi

Pourtant, des progrès restent à faire sur les considérations face à la parentalité en général. Sur l'affirmation "Les mères savent mieux répondre aux besoins et attentes des enfants que les pères", la réponse "Plutôt d'accord" est en augmentation depuis 4 ans. Passant de 33% en 2014 à 40% en 2018.

Les données 2018 ont été collectées en face-à-face du 15 octobre au 1er décembre 2018, auprès d’un échantillon de 3037 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans ou plus résidant en France métropolitaine (méthode des quotas).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter