Policier renversant une manifestante : ce que l'on sait de cette vidéo devenue virale

Social
VIRALITÉ - La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux et est particulièrement partagée ce samedi 9 mars, nouvelle journée de mobilisation des Gilets jaunes. Sur les images, on y voit un policier à moto renverser une manifestante sur une artère parisienne, avant de prendre la fuite. La scène s'est en réalité déroulée samedi 2 mars. Explications.

La vidéo a largement été relayée sur les pages Facebook des Gilets jaunes et sur Twitter, particulièrement ce samedi 9 mars, jour de nouvelle mobilisation. On y voit un policier à moto renverser une manifestante, dont le visage est partiellement caché par de grosses lunettes de ski- un accessoire beaucoup utilisé lors des manifestations des Gilets jaunes pour se protéger d'éventuels gaz lacrymogènes. Ce qui semble être le casque de la jeune femme roule à terre. Le motard ralentit puis repart en trombe, tandis que des Gilets jaunes tentent de partir à sa poursuite.


La scène date en réalité du 2 mars, lors de "l'acte 16" des Gilets jaunes. Elle se déroule en début d'après midi, à proximité de la porte de Champerret, dans le 17e arrondissement de Paris. Une information rapportée par David Dufresne - qui répertorie depuis le début du mouvement les différents faits de violences policières sur son compte Twitter - et confirmée à LCI par la Préfecture de Police ce samedi matin.

"La victime s'est relevée et ne semblait pas avoir de blessures graves", a indiqué Théo Tyr, qui a signalé la vidéo. David Dufrene complète avec des informations obtenues auprès des street medics : la victime, une femme d'une vingtaine d'années, a été prise en charge. Elle présentait des "éraflures avec léger saignement au bras droit, et des douleurs aux deux jambes". Un bilan traumatique des jambes a été effectué, les blessures nettoyées et un pansement posé au bras droit.


Et après ? La suite de la scène est visible sur une autre vidéo publiée sur les réseaux sociaux. On y voit un attroupement de Gilets jaunes - dont la victime - qui tentent de s'expliquer avec des policiers restés sur place, des motards également. Le dialogue semble compliqué puisqu'au bout de quelques minutes, les forces de l'ordre dispersent la foule à l'aide de gaz.

Contactés par LCI, ni le parquet, ni la préfecture de police ne pouvaient confirmer ou infirmer à l'heure de la publication qu'une plainte avait été déposée. Or sans plainte, aucune enquête n'a été ouverte. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter