Grève dans les incinérateurs de déchets en Île-de-France : le préfet réquisitionne le personnel

Grève dans les incinérateurs de déchets en Île-de-France : le préfet réquisitionne le personnel
Social

PROPRETÉ - Alors que les poubelles s'accumulent dans les rues de la capitale et des communes alentours en raison d'un mouvement social touchant les incinérateurs de la région, le préfet de Paris a décidé de reconduire un arrêté réquisitionnant le personnel gréviste. Conséquence : le site d'Issy-les-Moulineaux devrait pouvoir redémarrer d'ici jeudi matin.

Vers une reprise du traitement des déchets ? Le site d'incinération d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) doit redémarrer au plus tard jeudi matin après que le préfet de Paris a décidé de réquisitionner le personnel gréviste, reconduisant un arrêté publié lundi soir actant "la réquisition de personnels compétents jusqu'au 7 février inclus".

Depuis le 23 janvier, le trois usines d'incinération de l'agglomération parisienne sont en grève et les poubelles avaient commencé à déborder dans la capitale et les communes voisines. 

Deux jours nécessaires pour une remise en marche

Dans son arrêté, le préfet Didier Lallemant précise que les personnels nommément cités "sont requis de se présenter à leur poste de travail pour exercer leurs fonctions". Contacté par l'AFP, Julien Lambert, membre du bureau de la Fédération nationale des mines et de l’énergie CGT, explique que "le site devrait débuter les opérations de démarrage du four mardi après-midi, mais il faut compter près de deux jours pour le remettre en fonctionnement." 

En vidéo

Grève des usines d’incinération : les poubelles débordent à Paris

Selon le Syctom, l'agence métropolitaine de gestion des déchets, l'incinération devrait permettre de brûler 1800 tonnes de déchets par jour sur les 6000 collectés en Ile-de-France.  

Lire aussi

Cette décision du préfet de Paris fait suite à un précédent arrêté similaire pris le vendredi 31 janvier mais qui concernait les deux autres usines d'incinération d’Ivry-sur-Seine et de Saint-Ouen. 

Les déchets contraints d'être enfouis

Ne pouvant plus incinérer les déchets collectés, le Syctom est contraint depuis de les envoyer dans un centre d'enfouissement situé à Claye-Souilly, en Seine-et-Marne, où les ordures sont enterrées dans des bacs étanches. Une solution d'urgence qui coûte 400.000 euros par jour à l'organisme. 

Lire aussi

À noter que malgré les réquisitions ordonnées, les perturbations devraient néanmoins se poursuivre, les salariés des trois sites ayant reconduit leur grève jusqu'au 7 février. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 50.000 nouveaux cas détectés en 24 heures

L’ŒIL DE LAURENCE HAÏM - "Il se passe quelque chose au Texas"

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pouvez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Attentat de Nice : un deuxième homme au contact du terroriste interpellé

Olivier Véran a-t-il affirmé que "c’est le confinement qui provoque la circulation du virus" ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent