Economiser sur les retraites et la santé : la recette de France Stratégie pour baisser la dépense publique

Economiser sur les retraites et la santé : la recette de France Stratégie pour baisser la dépense publique

Social
DirectLCI
RABOT - France Stratégie, un organe de réflexion et de prospective rattaché à Matignon, a publié un rapport montrant que les dépenses publiques françaises représentent 8 points de PIB de plus que la moyenne européenne, notamment en raison des dépenses de santé et de retraite.

"Où réduire le poids de la dépense publique ?", s'est demandé jeudi France Stratégie, un organe rattaché au Premier ministre et chargé de produire des analyses économiques en fonction des objectifs du gouvernement. Alors qu'Emmanuel Macron a lancé le "Grand débat national" en posant notamment dans sa "lettre aux Français" la question de la dépense publique : "Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ? Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ?"


Pour répondre à cette question, France Stratégie compare d'abord la France a la moyenne européenne. Et le successeur de l'antique Commissariat au plan d'observer que les dépenses publiques françaises sont supérieures à celles des pays voisins dans quasiment tous les domaines, à l'exception de l'éducation, de la recherche et de la charge de la dette, comme le montre ce graphique issu du rapport.

Si la France dépasse la moyenne européenne, c'est d'abord en raison des dépenses liées au système de retraites "presque intégralement socialisé" contrairement aux autres pays, observe France Stratégie. Les dépenses en matière d'aides sociales sont aussi supérieures à la moyenne, mais inférieures à la moyenne des pays nordiques. Elles sont d'ailleurs jugées efficaces, car le niveau de pauvreté en France est l'un des plus faibles d'Europe. Même constat pour les dépenses de santé : elles sont plus élevées que la moyenne, mais le reste à charge pour les ménages est le plus faible en Europe.

Baisser de 3 points de PIB les dépenses publiques : mode d'emploi

"Le gouvernement français ambitionne de réduire le poids des dépenses publiques. Objectif : s'autoriser une baisse des prélèvements obligatoires et garantir la soutenabilité de la dette publique à long terme." Voilà dans quel cadre raisonne France Stratégie, qui explique avoir comparé 3 scénarios différents pour savoir comment il serait possible de baisser de 3 points de PIB le niveau des dépenses publiques.


Premier scénario : ne pas "toucher au poids des dépenses sociales ni à celui des dépenses régaliennes". Cette hypothèse "supposerait de baisser les dépenses de soutien à l'économie et les dépenses des administrations centrales et locales très au-dessous de la moyenne européenne, avec des ajustements parfois peu réalistes, comme diviser par deux le poids des dépenses d'investissement local", indique France Stratégie, qui estime que ce scénario ne permettrait pas d'atteindre l'objectif.


Deuxième scénario : s'autoriser "une légère progression du poids des dépenses d'éducation et de la défense", "ne pas toucher au poids des prestations sociales" et modérer l'effort budgétaire sur l'investissement local". Dans ce cas, avance France Stratégie, "l'objectif semble très compliqué à atteindre, et ce, même en consentant de gros efforts sur les autres postes. Sauf… à réduire sensiblement les dépenses de santé hors hôpital public, ce qui signifierait, en pratique, de procéder à des déremboursements et/ou de passer par une baisse de la prise en charge des soins". 


Troisième scénario : "sanctuariser les dépenses d'éducation et de défense, modérer la pression sur les dépenses de santé et viser une stabilisation (plutôt qu'une baisse) du poids de l'investissement public pour préparer la transition écologique". Un tel scénario obligerait, selon France Stratégie, de faire des économies sur les "dépenses de redistribution monétaire – retraites et prestations sociales – et aux aides à la personne".

Aucun scénario jugé crédible sans baisse des dépenses de santé et/ou de retraite

La conclusion est sans appel, selon le "think tank" du gouvernement : "Il est possible de baisser la dépense publique de 3 points de PIB en cinq ans tout en préservant voire en augmentant les crédits alloués à la Défense, à l'Education et à l'investissement ; mais des efforts modérés sont sans doute nécessaires pour freiner les dépenses sociales", affirme le commissaire général adjoint de France Stratégie, Fabrice Lenglart.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter