Priscilla Ludosky, Eric Drouet... qui sont ces anonymes devenus "communicants officiels" des Gilets jaunes

Social
PROFILS - Ils sont désormais le visage officiel des Gilets Jaunes et plusieurs d'entre eux seront reçus par François de Rugy ce mardi. Intérimaire, serveur, routier, mais aussi militants... Qui sont ces 8 "communicants officiels" désormais désignés pour représenter ce mouvement au niveau national. Intérimaire, serveur, routier, mais aussi militants.

Des Bouches-du-Rhône à la Corrèze en passant par la Charente et la Haute-Garonne, ce sont eux qui relaieront dorénavant la parole des Gilets jaunes. Une "délégation" de huit "communicants officiels" du mouvement a été créée ce lundi, annonce un communiqué publié sur Facebook, mentionnant deux principales revendications, à savoir "revoir à la baisse toutes les taxes" et créer "une assemblée citoyenne" pour débattre des thèmes de la transition écologique. Objectif ? "Engager une prise de contact sérieuse et nécessaire avec les représentants de l'Etat et de son gouvernement", détaille le communiqué. Parmi ces interlocuteurs nationaux, désignés par une trentaine de représentants régionaux, à la légitimité déjà contestée par d'autres membres du mouvement, on retrouve des visages qui ont émergé dans les rangs du mouvement, et dans les médias, aux prémices de la grogne contre la hausse des carburants.

Priscillia Ludosky, la pétitionnaire

C’est notamment le cas de Priscillia Ludosky, porte-voix du mouvement depuis la première heure. Et pour cause. A la tête d'une société de vente en ligne de cosmétiques bio et de conseils en aromathérapie, cette auto-entrepreneuse de Savigny-le-Temple, en Seine-et-Marne, est l’instigatrice d’une pétition pour la baisse des prix du carburant lancée en mai 2018. Ces dernières semaines, son texte est passé de 10.000 à plus de 950.000 signatures. Rejetant toute affiliation à des partis politiques, cette trentenaire n’avait pas explicitement appelé à bloquer des routes le 17 novembre, mais avait apporté son soutien à ceux qui avaient lancé cette action de blocage.

Eric Drouet, l'initiateur

Le visage d’Eric Drouet, lui aussi originaire de Seine-et-Marne, n’est pas inconnu non plus du grand public. Avec l’événement Facebook "mouvement national contre la hausse des taxes" qu'il cogère, le chauffeur routier trentenaire a lancé l'idée d'actions des Gilets jaunes dans toute la France le 17 novembre.

En vidéo

Après le 17 novembre : pas question d'abandonner pour Priscilla Ludosky

Maxime Nicolle, intérimaire des Côtes-d'Armor

A leurs côtés, depuis la province, six autres porte-voix se feront eux aussi l’écho des revendications des Gilets jaunes au niveau national. Sur la Toile, Maxime Nicolle, intérimaire des Côtes-d'Armor, est le premier d'entre eux à voir relayé le communiqué sur la page Facebook "Fly Rider infos blocage" de près de 50.000 membres qu'il gère. Le jeune homme apparaît dans de nombreuses vidéos dans lesquelles il tente d'organiser le mouvement, notamment à travers des sondages de propositions à soumettre à Emmanuel Macron. "Je vous annonce officiellement que je suis un des référents des porte-parole officiels France pour le mouvement des Gilets jaunes", a-t-il expliqué cet après-midi dans une vidéo en direct, très suivie sur le réseaux social. Et de préciser dans la foulée : "on n’est pas des chefs, on n’est pas des leaders, on n’est pas des décisionnaires, on est des messagers."

Marine Charrette Labadie, serveuse de Corrèze

Marine Charrette Labadie, 22 ans, s'est vu confier la responsabilité d’organiser le mouvement à Brive-la-Gaillarde, en Corrèze, après avoir décidé, en amont de la journée de mobilisation nationale du 17 novembre, de déclarer la manifestation.

Serveuse, elle expliquait récemment à L'Opinion occuper son temps libre "dans l’organisation et le dialogue avec les autres manifestants." 

Julier Terrier, dépanneur de l'Isère

A 31 ans, Julien Terrier, le porte-parole grenoblois de l'Isère est passé par l’armée de l’air. "J'ai créé ma propre entreprise de rénovation et dépannage", a-t-il expliqué à LCI. "J'avais dans l'idée de créer un collectif de citoyens d'entraide." Ce collectif deviendra finalement les Gilets jaunes. 

Mathieu Blavier, étudiant des Bouches-du-Rhône

Si Mathieu Blavier, représentant des Bouches-du-Rhône ne s'est pas encore exprimé dans la presse, y compris locale, depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes, des publications sur Facebook évoquent un "apprenti avocat". Le jeune homme de 21 ans, originaire de Miramas, serait en effet étudiant en droit à la faculté d'Aix-en-Provence. Pour financer son cursus, il aurait par ailleurs lancé sa propre fabrique de jus de pomme artisanal en 2016, comme le relatait à l'époque le quotidien régional La Provence.

Thomas Miralles, engagé depuis la première heure en Occitanie

Thomas Miralles, un Perpignanais de 25 ans sera le messager des Gilets jaunes dans les Pyrénées-Orientales. Engagé depuis la première heure, il avait livré à France 3 Occitanie ses intentions à la veille de la manifestation du 17 novembre. "On compte rester dans un esprit pacifiste, le but n’est pas d’aller à l’encontre des forces de l’ordre, ils sont des citoyens comme nous et eux aussi souffre de la hausse du prix du carburant, donc il faudra les laisser passer, il faudra rester pacifiste."


Toutefois, le jeune homme a déjà à son actif deux engagements politiques, comme l'a relevé L'Indépendant, dans une information confirmée par l'intéressé. L'un pour le Front national aux municipales 2014 de Canet, et l'autre pou r une liste Union Républicaine soutenue... par le Parti socialiste. Une expérience politique qui a valu à Benjamin Cauchy, ex-UMP de Haute-Garonne, d'être évincé des porte-parole.

Jason Herbert, chargé de com' en Charente

Jason Herbert, un Charentais de 26 ans est quant à lui chargé de communication pour le Grand Angoulême. Membre de la CFDT-Journalistes, il pourrait voir cet engagement lui valoir d'être évincé, rapporte Marianne


Dimanche soir, une première réunion visant à désigner quatre ou cinq porte-paroles nationaux du mouvement était restée vaine, alors que des désaccords commençaient à pointer concernant les méthodes d'action et les revendications. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter