Réforme des retraites : rassurés, les personnels du transport aérien lèvent leur préavis de grève du 3 janvier

Levée du préavis de grève dans le transport aérien
Social

MOUVEMENT SOCIAL - Contrôleurs aériens, personnel navigant et pilotes de ligne prévoyaient de se mettre en grève, le 3 janvier prochain. Il n'en sera finalement rien, les représentants de ses professions se satisfaisant des discussions avec le gouvernement. Ce qui n'est pas encore le cas des personnels au sol.

A la manière des forces de l'ordre, de nouvelles professions vont pouvoir garder leur spécificité dans le cadre de la réforme des régimes de retraite : les travailleurs du domaine aérien, qui avaient déposé en début de semaine un préavis en vue pour la journée du 3 janvier. 

Lire aussi

Départs anticipés maintenus

Les contrôleurs aériens devraient conserver une partie de leur régime spécial, qui leur permet de partir entre 52 et 59 ans. Les aiguilleurs du ciel ont en effet de lourdes responsabilités et sont soumis à un contrôle médical strict, qui rend difficile l'hypothèse d'un recul de l'âge de départ et de la décote qui va avec. Ils voient tout de même un net changement, le même que pour le corps enseignant : leur pension de retraite sera calculée non plus sur leurs six derniers mois (les meilleurs, ndlr) mais sur l'ensemble de leur carrière.

Les pilotes de ligne, également inquiets de leur bascule vers le régime universel, avaient déposé un préavis de grève pour le 3 janvier afin de défendre leurs droits. Après concertation, ils vont le suspendre. Le maintien de leur âge de départ à 60 ans est acquis, tout comme leur caisse de retraite, qui permettra de financer cette retraite anticipée. Une autonomie de caisse complémentaire qui est également conservée pour les personnels navigants (hôtesses et stewards).

"On n'est pas un régime spécial, on fait partie du régime général, explique la secrétaire général du principal syndicat de personnel navigant, Christelle Auster. Mais on s'est organisé en caisse complémentaire de façon à ce que les Français n'aient pas à supporter le coût de nos conditions de départ". A 55 ans aujourd'hui, ce sera à 60 ans après la réforme. 

Toute l'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

Les personnels au sol pas satisfaits

Le trouble social n'est toutefois pas tout à fait calmé : les personnels au sol, qui réclament une meilleure prise en compte de la pénibilité de leur condition de travail, n'ont pas encore suspendu leur préavis pour le 3 janvier.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le patronat accède à certaines demandes des syndicats sur le télétravail

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

Vers la fin de l’attestation de déplacement pour Noël ?

"L’eau ça mouille… " : quand Monoprix ridiculise les restrictions dans les rayons

Infox : non, la réforme des retraites n'a pas été adoptée !

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent