Retraites : la hausse de CSG a fait baisser les pensions en 2018

Retraites : la hausse de CSG a fait baisser les pensions en 2018
Social

RETRAITE - Voulue par Emmanuel Macron pour compenser des baisses de cotisations sur les salaires, la hausse de la CSG a entraîne en 2018 une diminution inédite des pensions de retraite. Des chiffres révélés par une étude publiée par la Drees.

Un constat qui devrait faire réagir. La Drees, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques qui dépend du ministères des Solidarités et de la Santé, publie tous les ans un panorama rassemblant les résultats de ses enquêtes statistiques annuelles auprès des différents organismes qui gèrent les régimes de retraite. Et selon sa dernière publication, la hausse de la CSG a provoqué une diminution des pensions des Français.

Une diminution de 0,7% en moyenne

Après des années d'augmentation régulière, portée par l'arrivée d'anciens travailleurs aux "carrières plus favorables" - et donc ayant droit à une retraite plus élevée, la pension moyenne nette a fléchi en 2018. Pour quelles raisons ? Premièrement, l'absence de revalorisation dans les régimes de base, à commencer par l'Assurance vieillesse de la Sécu, ce qui a ralenti la progression de la pension moyenne brute à 0,7% (1.432 euros, majoration pour enfants incluse), contre 2,1% en 2017.

Malheureusement, ce maigre gain a toutefois été effacé par la hausse du taux de CSG pour près de 60% des retraités. Ainsi, après prélèvements sociaux, la pension moyenne nette ressort ainsi en baisse de 0,7%, à 1.318 euros (majoration pour enfants incluse). Mais lors de la crise des Gilets jaunes, le gouvernement est revenu sur cette mesure, en créant début 2019 un nouveau taux intermédiaire de CSG pour environ 30% des retraités. 

Lire aussi

Autre information, l'étude de la Drees montre que l'écart entre hommes et femmes est resté stable, de l'ordre de 38% pour la retraite brute "de droit direct", ramené à 24% en ajoutant les pensions de réversion. Quant à l'âge de départ, il n'a pas non plus varié, à 62 ans et 1 mois, les femmes partant en moyenne 7 mois plus tard que les hommes.

La somme totale des pensions versées en 2018 a pourtant crû de 2,4%, à 321,4 milliards d'euros, soit 13,7% du produit intérieur brut (PIB) du pays. Cette hausse, plus forte qu'en 2017, est liée à la démographie. La France comptait fin 2018 quelque 218.000 retraités de plus en un an, soit près de 16,4 millions. Réversion incluses, ils étaient même plus de 17,4 millions, dont 1,6 million résidant à l'étranger.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent