Punaises de lit à Marseille : des citoyens en colère en appellent à l'Agence Régionale de Santé

Social

BAD BUG - Véritable fléau des mégapoles, la punaise de lit sévit partout dans Marseille à tel point que 17 associations, syndicats et collectifs citoyens se sont réunis en un "Intercollectifs" et en appellent désormais à l'Agence Régionale de Santé. Une mobilisation est prévue ce lundi.

Bibliothèque, cinémas, chambres à coucher, hôtels, hôpitaux, écoles... les punaises de lit envahissent depuis des mois la cité phocéenne et les habitants sont à bout. 17 associations, syndicats et collectifs citoyens se sont réunis en un "Intercollectifs" et en appellent désormais à l'ARS (Agence Régionale de Santé), réclamant que l’infestation par ces insectes soit reconnue comme un problème de santé publique, avec comme objectif "zéro punaise". 

Pour être reconnu comme tel, il faut répondre à des critères bien précis, comme notamment la transmission de maladie par les punaises de lit. Or, pour l'heure, ces nuisibles difficiles à repérer, très difficiles à éradiquer, ne sont pas considérés comme "vecteurs de maladies" et ne présentent pas de danger sanitaire, et ce même si leurs piqûres sont incommodantes. "Ces parasites se propagent à une vitesse exponentielle dans toute la ville et touchent tous les aspects de la vie des Marseillais", dénonce l'"Intercollectifs" dans un communiqué. "Vivre avec des punaises de lit qui envahissent un lieu de vie est insupportable car elles provoquent  des réactions cutanées et allergiques, des risques infectieux, une anémie, une thrombopénie, des effets psychologiques très graves..." Une colère des Marseillais donnant lieu à une mobilisation ce lundi à partir de 10 heures devant l'ARS, dans le 3e arrondissement.

Lire aussi

Des insectes en recrudescence

Force est de constater que Marseille est fortement touchée par ce fléau. En octobre dernier, des punaises de lit avaient colonisé l'une des bibliothèques de la ville, contrainte de fermer pour désinsectisation. Les personnes qui y avaient emprunté des livres avaient été sommées de les ramener en urgence, pour éviter la prolifération de ces nuisibles.

En décembre 2018, pas moins de onze écoles publiques, infestées par des punaises de lit, avaient dû être traitées. Un an plus tôt, deux unités de l'hôpital de la Timone avaient été évacuées afin d'être traitées. 

Contrairement à ce que l'on pourrait penser de prime abord, la punaise de lit, qui prolifère avec le flux humain, n'est pas liée à un manque d'hygiène mais à un flux humain, touchant les villes où il y a du passage, du tourisme et, également dans le cas de Marseille, un port. A noter que ces insectes s'avèrent en recrudescence en France. En 2019, les professionnels de la désinfestation ont traité 360 000 sites en France, deux fois plus qu’en 2017. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter