Sexisme, homophobie, racisme... Une personne sur quatre dit avoir été stigmatisée au travail

Sexisme, homophobie, racisme... Une personne sur quatre dit avoir été stigmatisée au travail
Social

DISCRIMINATIONS - Selon une enquête publiée ce jeudi 27 septembre par le Défenseur des droits et l'Organisation internationale du travail, près d'une personne sur quatre déclare avoir déjà fait l'objet de propos ou de comportements stigmatisants au travail.

Etes-vous victimes de propos déplacés ou de discrimination au travail ? Selon le 11e baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi réalisé par le Défenseur des droits et l’Organisation internationale du travail (OIT), une personne sur quatre déclare avoir déjà fait l’objet de propos ou de comportements stigmatisants dans l’environnement professionnel ces cinq dernières années. 

Lire aussi

Des attitudes hostiles sont rapportées comme très fréquentes dans 5% des cas et peu fréquentes (rarement et parfois) dans 20% des situations. 27% des personnes s'en disant victimes travaillent dans le secteur public, et 25% dans le secteur privé. Par propos ou comportements stigmatisants, la présente enquête entend : propos et comportements sexistes, homophobes, racistes, liés à la religion, handiphobes ou liés à l’état de santé.

Ce baromètre explique que les propos et comportements sexistes et racistes sont les plus souvent rapportés. Ainsi, 14% des personnes interrogées déclarent avoir au moins une fois été confrontées à des propos ou comportements sexistes depuis les cinq dernières années, 9% à des propos ou comportements racistes, 5% à des propos ou comportements liés à leur handicap ou état de santé, 5% à leur religion, et 3% à des propos ou comportements homophobes.

Les femmes de 18 à 44 ans perçues comme non-blanches les plus stigmatisées

L'enquête met également en avant le fait que certains groupes sont plus particulièrement exposés aux propos et comportements stigmatisants. 33% des personnes perçues comme non-blanches déclarent des attitudes racistes, pour 6% des personnes perçues comme blanches. 24% des personnes homosexuelles ou bisexuelles déclarent des attitudes homophobes, pour 2% des personnes hétérosexuelles. 23% des femmes déclarent avoir été confrontées à des attitudes sexistes, pour 6% des hommes. 22% des personnes de confession musulmane déclarent des propos ou comportements en lien avec leur religion, pour 3% des personnes de confession chrétienne. Enfin, 15% des personnes qui déclarent un handicap ou une maladie chronique rapportent des propos et comportements handiphobes, pour 2% des personnes en bonnes santé. 

En vidéo

Santé au travail : toujours autant de pression

De nouveaux écarts apparaissent lorsque l’on croise plusieurs caractéristiques. Ainsi, 54% des femmes de 18 à 44 ans perçues comme non-blanches disent avoir fait l’objet de tels propos et comportements ; 43% des femmes en situation de handicap ; et 40% des hommes homosexuels ou bisexuels. Ce pourcentage tombe à 11% chez les hommes de 35 à 44 ans perçus comme blancs. Le fait d’être perçue comme blanche, hétérosexuelle, en bonne santé, âgée de 45 à 54 ans divise par huit la probabilité de rapporter des propos ou comportements sexistes au travail.

Dévalorisation de son travail : plus de la moitié des travailleurs concernés

Le 11e baromètre de la perception des discriminations examine également les situations de dévalorisation au travail. En moyenne, au cours des cinq dernières années, plus de la moitié de la population active (56%) déclare avoir déjà connu une situation de dévalorisation sur son lieu de travail. Les femmes et les hommes déclarent autant de situations de dévalorisation. Ils sont 38% à rapporter avoir fait l’objet de sous-estimation de leurs compétences. Mais les femmes sont plus nombreuses à déclarer s’être entendu dire qu’en faire plus leur permettrait que leur travail soit reconnu (37% contre 32% des hommes), ce qui peut renvoyer aux préjugés liés au manque de disponibilité et d’investissement des femmes au travail.

D’après le baromètre, les groupes sociaux les plus touchés par les propos et comportements sexistes, homophobes, racistes, liés à la religion, handiphobes ou liés à l’état de santé sont également ceux qui rapportent le plus fréquemment des expériences cumulées d’attitudes hostiles (4% des hommes de 35 à 44 ans perçus comme blancs contre 36% des femmes de 18 à 44 ans perçues comme non-blanches).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent