Smic : 5 millions de foyers bénéficieront de la prime de 100 € (mais seulement la moitié des smicards)

Social
FRANCE - Dans une interview accordée au quotidien "Les Echos" lundi, le Premier ministre annonce que 2 millions de foyers supplémentaires vont toucher l'augmentation de 100€ promise par le président de la République. Les versements seront débloqués dès le 5 février 2019.

Edouard Philippe confirme à nos confrères des Échos daté du lundi 17 décembre "une hausse massive de la prime d’activité". Et la mesure fera l'objet d'une mise en application éclair : "Dès le 5 février, la prime sera versée pour compléter le salaire de janvier et atteindre ainsi la hausse de 100€", a précisé le Premier ministre.

Le nombre de foyers éligibles élargi

Le nombre de "foyers éligibles" a été revu à la hausse : 5 millions de foyers seront concernés contre 3,8 à l'origine. Et pour cause, ce ne sont plus seulement les salariés au Smic qui bénéficieront de cette mesure. "Tous les salariés célibataires sans enfant auront 100€ de plus jusqu’à 1.560€ net de revenus. Avec un enfant, une mère célibataire, et elles sont nombreuses sur les ronds-points, pourra percevoir la prime jusqu’à 2.000€ de salaire. Un couple de deux enfants, dont l’un gagne le Smic et l’autre 1.750€, verra ses revenus augmenter de 200€", assure le Premier ministre aux Echos.


Autre point important, la prime concernera également "les indépendants et les fonctionnaires dont les rémunérations sont proches du Smic". Ces derniers avaient amèrement regretté d’être totalement écartés du dispositif de mesures présentées par Emmanuel Macron.


Toutefois, la hausse ne concernera donc pas tous les salariés au Smic - comme l'avait pourtant indiqué le gouvernement ces derniers jours - car la prime d'activité tient compte de l'ensemble des revenus du ménage. Seuls 55% des smicards devraient y être éligibles.

Dans son entretien aux Échos, le Premier ministre ne précise pas si ce sont bien les CAF qui verseraient dans les temps cette nouvelle prime d’activité. Autre scénario possible : faire appel aux entreprises, qui pourraient être chargées de verser directement les 100 € à leurs salariés, fin janvier, avant de déduire cette somme de leurs charges dans leurs déclarations mensuelles à l’Urssaf. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter