"Sortons Macron" : des militants écologistes décrochent de nouveaux portraits présidentiels

Social

Toute L'info sur

La présidence Macron

PORTRAITS TIRÉS - Pour dénoncer l'inaction climatique du chef de l'Etat et du gouvernement, des activistes du mouvement ANV-Cop21 ont de nouveau décroché les portraits d'Emmanuel Macron dans deux mairies parisiennes, après en avoir dérobé quatre la semaine dernière.

Leur slogan : "Climat, justice sociale, sortons Macron." A défaut de pouvoir effectivement "sortir" le chef de l’Etat, c'est son portrait qu'ils expulsent des mairies où il est affiché. Ce jeudi matin, des militants du mouvement Action non-violente-Cop21 (ANV-COP21) ont poursuivi leurs actions de décrochage des portraits du président pour dénoncer son "inaction climatique". Après avoir ciblé quatre mairies la semaine dernière, ils ont cette fois dérobé le portrait présidentiel dans la mairie du 4e arrondissement puis du 3e arrondissement de Paris. LCI était présent lors de ces deux opérations.

Les militants écologistes ont utilisé le même mode opératoire que pour leurs précédentes actions : entrer dans la mairie en prétextant une visite de la salle, où se trouve le portrait, le dérober et l'exhiber à côté d'une banderole, avant de le faire disparaître dans la nature. Interrogée par LCI, une responsable d'ANV-Cop21 assure que les activistes prendront soin du portait mais refuse d'indiquer où il a été emmené, ni où sont les autres portraits dérobés et ce qu'ils comptent en faire.

À l'issue de cette dernière action, les militants ont renouvelé leur "appel à la généralisation de telles actions de réquisition sur la France entière". Ils précisent également que les gilets jaunes qu'ils utilisent n'ont pas de lien avec le mouvement éponyme. Ils utilisent ces gilets jaunes pour leurs actions depuis leur création, en 2015 à l'occasion de la Cop21. Parmi ces actions passées, l'organisation avait notamment "réquisitionné" des chaises dans des agences bancaires fin 2015 avant de les rendre, plusieurs mois plus tard, à côté du palais de justice de Paris, à l'occasion du procès de Jérôme Cahuzac.

Ces actions de de désobéissance civile non-violentes font encourir aux militants des poursuites pour vol en réunion et manifestation non déclarée, souligne la responsable d'ANV-Cop21. Ce jeudi, des agents de sécurité de la mairie du 4e arrondissement ont brièvement empêché de sortir une partie des militants de sortir après le décrochage du portrait et appelé la police, avant de rattraper un autre militant qui s'en allait avec le portrait d'Emmanuel Macron. À l'issue d'une discussion entre militants et agents de sécurité, le militant en question est parti avec le portrait, avant que la police n'arrive sur place.

Les actions de la semaine précédente, dans les mairies du 5e arrondissement de Paris, du 2e arrondissement de Lyon, de Biarritz et d'Ustarritz, ont donné lieu à deux placements en garde à vue à Lyon, à la suite d'une plainte de la mairie. Le procès d'un des deux militants arrêté doit avoir lieu début septembre, a précisé ANV-Cop21. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter