Steaks hachés frauduleux distribués aux démunis : que sait-on sur cette "tromperie" ?

Social
DirectLCI
ALIMENTATION - La répression des fraudes a annoncé vendredi avoir découvert une "tromperie" sur la qualité de steaks hachés. Ils ont été distribués par une entreprise française à des associations d'aide aux plus démunis.

Des tonnes de steaks hachés frauduleux entre les mains des plus démunis : la répression des fraudes a annoncé ce vendredi avoir découvert une "tromperie" concernant des produits distribués par une entreprise française à des associations. En 'l'occurrence la Croix Rouge, la Fédération française des Banques Alimentaires, les Restaurants du Coeur et le Secours Populaire. Le point sur les questions soulevées par ce qui s'apparente à un nouveau scandale sanitaire.

Que contiennent les steaks incriminés ?

Les associations ont donné l'alerte au mois de mars : le goût, la couleur et la texture des steaks les ont interpellés. Et pour cause : ils ne contiennent pas de viande. Mais seulement des excès de gras, de la peau de mauvaise qualité, mais surtout de l'amidon et du soja. Une composition douteuse qui, toutefois , ne représentent pas un risque pour la santé de ceux qui les ont consommés. Les analyses diligentées et ont permis d’écarter tout risque sanitaire concernant ces steaks hachés.

D'où proviennent-ils ?

Ces steaks hachés ont été fournis par une entreprise française s'approvisionnant auprès d'un industriel polonais afin de réduire les coûts de production et ainsi augmenter sa marge. Un intermédiaire français a également été identifié. Les noms de ces sociétés n'ont pas été divulgués en attendant que la justice soit saisie. Les dirigeants des deux entreprises françaises ont été entendus par les enquêteurs, et les autorités polonaises ont été saisies.

Comment se sont-ils retrouvés entre les mains des associations ?

Les steaks ont été distribués à quatre associations (la Croix Rouge, la Fédération française des Banques Alimentaires, les Restaurants du Coeur et le Secours Populaire) dans le cadre d'un marché financé par le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD). Pour la France, cela représente 28 produits sélectionnés : l'Etat lance des appels d'offre auprès des entreprises avec la fabrication des produits. En 2018, 1.500 tonnes de steaks hachés surgelés ont ainsi été achetées pour un montant de 5,2 millions d'euros. 

Qui risque quoi ?

Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), les faits sont susceptibles d'être qualifiés de tromperie en bande organisée.  "C’est du pénal, on va jusqu'à deux ans de prison, c’est un million euros d'amende, on va transmettre au procureur et il est hors de question que ce type d'attitude se reproduise", a expliqué sur RTL la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Agnès Pannier-Runacher. Dans un communiqué commun, les quatre associations victimes de cette fraude ont annoncé "avoir demandé une compensation financière pour faire face aux frais de stockage engendrés par cette situation". Elles réclament que le fournisseur reprenne les produits concernés et les remplace en quantité équivalente.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter