Thomas Cook au bord de la faillite : incertitude pour 600.000 touristes dans le monde

Social

COMPTE À REBOURS - La possible faillite du voyagiste britannique Thomas Cook, qui luttait dimanche pour sa survie, serait un coup de tonnerre pour le tourisme européen et nécessiterait une opération de rapatriement quasi-inédite.

Quand les vacances tournent au cauchemar. Des milliers de touristes craignent ce dimanche de se retrouver coincés loin de chez eux, en raison de la possible faillite de Thomas Cook, Le voyagiste lutte en effet pour sa survie, et tente d'obtenir un plan de sauvetage in extremis.

Les chiffres sont conséquents : pour financer son plan de sauvetage, Thomas Cook cherche ce dimanche à rassembler 200 millions de livres, soit 227 millions d'euros. En cas d'échec, l'entreprise devra se placer sous le régime des faillites au Royaume-Uni. En clair : les activités du groupe devraient cesser immédiatement. Ses agences de voyage devraient ainsi fermer, ses avions seraient cloués au sol et les salariés du groupe pourraient perdre leur emploi (près de 22.000 salariés dont 9.000 au Royaume-Uni). Comment le groupe en est-il arrivé là ? Il est fragilisé depuis quelques années par une rude concurrence et un environnement économique incertain, notamment au Royaume-Uni avec le flou entourant le Brexit et la chute de la livre.

Les prestataires de Thomas Cook dans l'incertitude

En cas de faillite, quelque 600.000 touristes à travers le monde devront être rapatriés, dont 150.000 Britanniques et 10.000 Français selon Jean-Pierre Mas, président des Entreprises de voyage, l'ancien syndicat des agences de voyages cité par France Info. Cela constituerait l'opération la plus importante depuis la Seconde guerre mondiale dans le pays. Le rapatriement pourrait prendre deux semaines, soit la durée maximale de la plupart des séjours proposés par Thomas Cook. Devant cette sombre perspective, les vacances de milliers de touristes ont d'ores et déjà été gâchées. Jackie et Amy Ward, une mère et sa fille en vacances à Majorque, ont raconté à la chaîne de télévision britannique Sky News que leurs vacances au soleil avaient été "ruinées" par l'incertitude entourant leur retour. 

L'angoisse touche aussi les centaines de prestataires de Thomas Cook qui voient leurs revenus menacés, certains risquant également de devoir mettre la clé sous la porte si le voyagiste fait faillite.  A Hammamet en Tunisie, les responsables de l'hôtel Les Orangers ont ainsi brièvement retardé le départ d'un groupe de touristes, "le temps de vérifier que le paiement" de leur séjour avait été effectué, a indiqué un porte-parole du ministère de l'Intérieur tunisien joint par l'AFP.

Les autorités britanniques comme Thomas Cook répètent toutefois que tous les voyages organisés achetés dans l'Union européenne sont protégés dans le cadre d'une directive de l'UE. En Grande-Bretagne, c'est la garantie ATOL qui va entrer en jeu si Thomas Cook fait faillite, et le rapatriement des vacanciers sera alors organisé par l'Autorité britannique de l'aviation civile (CAA). Il y a deux ans, la CAA avait déjà orchestré le rapatriement de quelque 85.000 personnes à la suite de la faillite de la compagnie aérienne britannique Monarch. Mais un dépôt de bilan de Thomas Cook serait d'une toute autre ampleur. Récemment, des milliers de passagers de la compagnie islandaise Wow se sont retrouvés coincés en Europe ou en Amérique du Nord lorsque le transporteur à bas coûts a brusquement annoncé en mars qu'il cessait ses activités.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter