Toulouse : les militants écologistes qui bloquaient l'entrepôt d'Amazon délogés par un groupe de salariés

Social
TENSION - Alors qu'une cinquantaine de militants écologistes ont bloqué pour la deuxième journée consécutive l'accès à entrepôt d'Amazon à Toulouse, mercredi, ils ont levé leur barrage après l'intervention d'une vingtaine de salariés du site.

"On est plein de jeunes des quartiers, Amazon au moins ils nous font bosser." Ce mercredi, une vingtaine de salariés d'un entrepôt Amazon à Toulouse sont intervenus pour débloquer le site, qui était occupé par une cinquantaine de militants écologistes. Membres d'"Action non violente (ANV) Cop21", ces activistes avaient bloqué mercredi matin, pour le deuxième jour de suite, l'accès à l'entrepôt du géant du commerce.


Les militants avaient notamment érigé un barrage de pneus, bloquant dès l'aube les entrées et sorties du site, aux abords duquel la circulation était entravée par les nombreux camions et camionnettes en attente. Cette action s'inscrivait dans une mobilisation nationale de plusieurs organisations écologistes dénonçant le rôle du groupe américain dans le changement climatique et la crise sociale. Mardi, 70 manifestants avaient empêché la sortie de marchandises du site, avant d'être délogés par la police en fin d'après-midi. Des blocages avaient également été organisés au siège d'Amazon France à Clichy ainsi qu'à un entrepôt près de Lille.

Ce mercredi, dès 08h30, une vingtaine d'employés ont foncé sur le barrage, exigeant sa levée et accusant les manifestants de les traiter "comme des chiens", de menacer leur emploi et de leur imposer une surcharge de travail. "On est plein de jeunes des quartiers, Amazon au moins ils nous font bosser", a crié l'un d'eux. Les employés ont donc, sous les yeux des policiers, dégagé les pneus et délogé les militants qui s'y cramponnaient.

Les militants réclament un moratoire sur l'ouverture d'entrepôts

"Amazon est le symbole même de la multinationale nocive et impunie", a réagi un porte-parole des militants. Ces derniers, qui affirment que les salariés d'Amazon ont été "échauffés par leurs responsables", demandent notamment un moratoire sur l'ouverture prochaine de trois nouveaux entrepôts de l'entreprise en France, des projets selon eux "climaticides".

Amazon logistique France a pour sa part dénoncé dans un communiqué des "déclarations faites aujourd'hui (qui) sont incorrectes", et affirmé que le groupe paie "l'ensemble des impôts requis en France ainsi que dans l'ensemble des pays". Amazon avait également "annoncé la création de 1.800 nouveaux emplois en CDI en France en 2019" et met aussi en avant son engagement et investissement "dans le développement durable depuis des années", soulignant son ambition "de réaliser 50% de l'ensemble de ses livraisons à zéro carbone d'ici à 2030". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter