"Travailler davantage" : l'injonction d'Emmanuel Macron inquiète les syndicats

"Travailler davantage" : l'injonction d'Emmanuel Macron inquiète les syndicats
Social

ECONOMIE - Le discours du président Emmanuel Macron préconisant de "travailler et produire davantage" laisse perplexes les syndicats, qui craignent une remise en cause des 35 heures ou des congés.

Dimanche soir, Emmanuel Macron a très nettement axé son discours sur l'économie : il va falloir "travailler et produire davantage", a expliqué le chef de l'Etat. Autrement dit, il va falloir reconstruire notre économie et s'il n'y aura pas de hausse d’impôts, il faudra des efforts et des sacrifices. Un discours qui inquiète les syndicats.

Redoubler d'efforts, dans le respect du droit du travail

"S'il s'agit de faire en sorte qu'il y ait plus de travail, pour un plus grand nombre, parce que la situation le demande, là d'accord", explique Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière. "S'il s'agit de faire travailler plus ceux qui ont déjà du travail en dérogeant aux 35h, en supprimant des congés ou des jours de repos, ça ne va pas le faire", ajoute-t-il.

Du côté du patronat en revanche, cette annonce est une bouffée d'air. "Tout ceci va dans la bonne direction, mais cela va prendre du temps. Il y a une urgence économique et sociale à traiter, mais il manque maintenant la feuille de route", estime Thibault Lanxade, PDG du groupe Jouve et vice-président du Medef. "Il faudra de la flexibilité pour que les entreprises qui souffrent le plus puissent se mettre d'accord avec les partenaires sociaux" pour mettre les bouchées doubles pendant quelques mois.

Les discussions sont en cours pour définir les contre-parties possibles de cette flexibilité. Alors que 500 milliard d'euros ont déjà été mobilisés pour aider les secteurs en difficulté, les syndicats appellent à ce que ces aides perdurent. "Le mal est fait et il faudra encore aider des entreprises et protéger les salariés par les amortisseurs sociaux", a expliqué sur Twitter Olivier Guivarch, Secrétaire général de la fédération des services CFDT.

Sur RTL, Laurent Berger a ajouté lundi matin: "Il faudra travailler plus que dans la période de confinement et surtout travailler tous, l'enjeu demain c'est comment les jeunes, ceux dont l'emploi est menacé, vont pouvoir travailler". Complétant les propos de Force ouvrière, il a lui aussi estimé que "si le pacte productif c'est travailler plus pour que ceux qui travaillent déjà, travaillent plus longtemps ou sur la durée hebdomadaire, c'est inepte, ce n'est pas la bonne réponse".

"Travailler plus, c'est travailler tous" assure Bruno Le Maire

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

"On s’attend à un raz- de-marée" : comment Pôle emploi peut faire face à la vague de chômeurs ?

L'injonction du président de la République à "travailler et produire davantage" signifie plus d'emplois et pas demander aux salariés d'abandonner des jours de congés, a rassuré de son côté le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, ce lundi sur France Info. "La lecture du discours d'Emmanuel Macron est très simple : il faut que nous travaillions tous. Cela veut dire qu'il faut que le plus grand nombre de Français puissent trouver un travail", a-t-il précisé.

"La reconstruction économique est la priorité absolue nationale des prochains mois", a insisté Bruno Le Maire, estimant qu'il fallait "inciter les entreprises à reprendre l'activité". Il faudra cependant "trouver un emploi pour les jeunes qui vont entrer sur le marché du travail dans quelques mois" ou "faire attention à ce qu'on ne licencie pas massivement des personnes de plus de 50 ans par solution de facilité", a ajouté le ministre. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent