Un an des Gilets jaunes à Paris : quel dispositif policier?

Un an des Gilets jaunes à Paris : quel dispositif policier?
Social

FORCES DE L'ORDRE - Augmentation du nombre d'unités déployées, mobilisation des Brigades de répression de l'action violente, large secteur interdit aux manifestations... Pour répondre aux appels à manifester pour célébrer l'anniversaire du mouvement des Gilets jaunes

"Nous sommes très sereins." À la veille d’un week-end où les Gilets jaunes ont annoncé vouloir fêter leur année d’existence dans la capitale, Laurent Nuñez s’est montré offensif. Interrogé sur France 2 ce vendredi, le secrétaire d'État à l'Intérieur a notamment décrit un dispositif policier "adapté".

Lire aussi

Des équipes mobiles et nombreuses

Car en interne, on nous souffle que quelques centaines de militants radicaux sont attendus à Paris. C’est avec cette "connaissance de la mobilisation" que la préfecture de police a "adapté" son dispositif policier. Tout d’abord en augmentant le nombre de personnes sur le terrain.  

Ainsi, 36 unités de forces mobiles seront déployées dans la capitale, selon nos informations. Elles seront divisées en 17 compagnies de CRS et 19 escadrons de gendarmes mobiles. Un chiffre revu à la baisse pour la journée de dimanche avec huit équipes en moins. En plus de ces corps, chargés du "maintien de l’ordre", ceux qui ont pour mission de refréner les "casseurs" seront également présents. 18 unités de BRAV, acronyme de Brigades de répression de l'action violente, ont été réquisitionnées comme ce fut le cas, pour la première fois, le 23 mars dernier.  

La préfecture de police a donc comme objectif d’être très mobile, "pour encadrer ces manifestations" mais aussi pour "intervenir s’il devait y avoir dégradations ou violences", comme l’a précisé le secrétaire d’Etat à l’Intérieur. Les autorités attendent tout de même moins de monde que le 1er-Mai, ou le 8 décembre, lorsque 50 équipes étaient dans les rues.

Une large zone concernée par des interdictions de manifester

Outre les effectifs humains, c’est un très large secteur de la capitale qui sera interdit à tout rassemblement de Gilets jaunes. À partir de ce vendredi à 18h, et ce jusqu'au dimanche, les zones suivantes seront concernées :

- Secteur comprenant les Champs-Elysées et l'avenue de la Grande-Armée

- Les institutions et leurs alentours, tels que l'Assemblée nationale, Matignon et le Sénat 

- Des quartiers touristiques comme le Trocadéro, la Tour Eiffel et Notre-Dame-de-Paris

- Mais aussi une large aire, comprenant la gare Saint-Lazare et les "grands magasins" du Boulevard Haussmann. La préfecture explique ainsi dans un communiqué qu'à cause de "l’affluence attendue" durant la "période précédant les fêtes de Noël" et la "configuration de certaines voies", l'intervention des forces de maintien de l'ordre en cas de "troubles et de désordres " pourraient s'avérer "particulièrement compliquée, périlleuse et dangereuse"

- Enfin, seront aussi interdits tous les rassemblements dans le bois de Boulogne ou celui de Vincennes. Les autorités craignent effectivement que des "cortèges sauvages" et des "regroupements inopinés" s'y créent. Un rendez-vous auxquels pourraient se greffer des éléments à "haute potentialité violente".

Par ailleurs, les forces de l'ordre sont autorisées à procéder sur les lieux de manifestation et ses abords immédiats à une inspection visuelle ou à la fouille de bagages, ainsi qu'à la visite de véhicules circulant, arrêtés ou stationnant sur la voie publique. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter